217M d’euros de dégâts assurés pour les inondations en Alpes-Maritimes

Les crues qui ont dévasté il y a près d’un an des vallées montagneuses des Alpes-Maritimes ont donné lieu à près de 13.000 déclarations de sinistres

Les évènements climatiques frappent la réassurance en 2021

Selon l’Apref, l’Europe a enregistré en 2021 les sinistres les plus coûteux depuis 1999.

Eiopa : Petra Hielkema à la présidence

Le 1er septembre, Petra Hielkema a pris ses fonctions de présidente de l’Autorité européenne des assurances et des pensions professionnelles (Eiopa).

Assurance récolte : Le gouvernement présentera une réforme “à la rentrée”

L’exécutif promet de présenter “à la rentrée” une réforme du système d’assurance des récoltes

L’assurance vie est elle encore un placement rentable ?

L’assurance-vie reste le placement préféré devant le livret A et le plan épargne logement

Résultats S1 2021 : Generali double son bénéfice net

Le numéro un de l’assurance en Italie, Generali, a vu son bénéfice net doubler au premier semestre, à 1,54 milliard d’euros, malgré un contexte économique toujours perturbé par la pandémie de coronavirus, et semble bien parti pour atteindre ses objectifs pour 2021.

Ce résultat, publié mardi, dépasse les attentes des analystes qui tablaient en moyenne sur 1,46 milliard d’euros, selon le consensus compilé par Generali. L’entrée de primes brutes, l’équivalent du chiffre d’affaires, a augmenté de 5,5% à 38,09 milliards d’euros au premier semestre 2021, là aussi davantage qu’attendu par les analystes. “Nous sommes sur la bonne voie pour atteindre les objectifs ambitieux” du plan stratégique de Generali qui s’achève fin 2021, “même dans cet environnement très difficile“, a commenté à la presse son PDG, Philippe Donnet.

Le géant italien de l’assurance a dégagé un bénéfice opérationnel en hausse de 10,4% à 2,99 milliards d’euros. Ce bénéfice a été tiré par la croissance de l’assurance-vie (+5,4%) et de la gestion d’actifs (+39,6%), alors que le segment dommages (-3,6%) a pâti de demandes d’indemnisations liées à des catastrophes naturelles en Europe.

Impact limité des inondations

L’impact net sur les comptes de Generali des inondations en juillet en Europe, qui ont frappé surtout l’Allemagne, a été chiffré par le directeur financier, Cristiano Borean, à 100 millions d’euros au maximum, le reste étant pris en charge par la réassurance. Les intempéries en juin en Europe centrale ont également coûté environ 100 millions d’euros. Le ratio économique de solvabilité de Generali a atteint 231% fin juin, contre 224% un an auparavant.

Le groupe a confirmé les objectifs de son plan stratégique, dont des dividendes cumulés de 4,5-5 milliards d’euros sur la période 2019-2021. Philippe Donnet s’était déclaré dès avril “convaincu” que Generali allait “atteindre tous les objectifs” fixés pour 2021 et a annoncé travailler sur le plan stratégique 2022-24. Le patron français, dont le mandat s’achève en avril 2022, a confirmé mardi qu’il comptait présenter le nouveau plan le 15 décembre. Nommé en 2016, M. Donnet avait été renouvelé dans ses fonctions en 2019. Le conseil d’administration, qui a approuvé des résultats financiers jugés “excellents“, a décidé de “préparer une procédure” visant à établir “une éventuelle liste de candidats” en vue de son renouvellement en 2022.

Tensions

Alors que certains actionnaires contestent le bilan de M. Donnet, la question de la liste sera soumise à l’examen de la prochaine réunion des administrateurs prévue le 27 septembre. Interrogé sur ces tensions, M. Donnet a déclaré ne pas commenter des “rumeurs“: “je suis concentré sur mon travail, dans l’intérêt de tous les actionnaires du groupe, et sur la préparation du prochain plan stratégique“. La fronde est menée par l’homme d’affaires italien Francesco Gaetano Caltagirone, actionnaire à hauteur de 5,6%, et Leonardo Del Vecchio, fondateur du fabricant de lunettes Luxottica (4,8%), qui estiment que M. Donnet devrait être plus agressif en matière d’acquisitions, selon la presse italienne.

Début juillet, M. Del Vecchio a porté à 18,9% sa participation dans Mediobanca, premier actionnaire de Generali avec 12,9%, ce qui lui confère un droit de regard supplémentaire sur la gestion de l’assureur. M. Caltagirone possède 3% de Mediobanca. “Nous ne sommes pas obsédés par des fusions-acquisitions à tout prix, nous avons été très disciplinés ces dernières années“, ciblant des opérations de petite ou moyenne taille “pour diminuer les risques“, a fait valoir M. Donnet dans une conférence avec des analystes. “Il reste encore cinq mois avant la fin du plan, nous resterons fidèles à notre stratégie, à notre discipline financière“, a-t-il ajouté.

Depuis le début du plan 2019-2021, Generali a déjà investi 3,3 milliards d’euros dans des fusions-acquisitions. La dernière en date, l’offre publique d’achat (OPA) lancée fin mai sur l’assureur italien Cattolica, devrait coûter 1,2 milliard. En prenant en compte cette OPA, Generali dispose encore d’un trésor de guerre compris entre “800 et 900 millions d’euros“, selon les calculs de son directeur financier.

Lire la suite ici : Résultats S1 2021 : Generali double son bénéfice net (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Allianz : Chute boursière à cause d’un litige américain aggravé

Le titre Allianz dévissait lundi à la Bourse de Francfort, l’assureur voyant s’accumuler les poursuites américaines visant sa gestion d’actifs avec un possible “impact significatif” en milliards sur ses résultats futurs.

Le cours du géant de l’assurance, poids lourd du Dax, perdait à 10H40 GMT 7,43% à 194,38 euros, après avoir plongé de 9% dans la matinée. Le département américain de la Justice (DOJ) a ouvert récemment une enquête pénale sur les fonds structurés “Alpha“, logés dans la filiale Allianz Global Investors, l’un des principaux gestionnaires d’actifs au monde, a expliqué le groupe dans un communiqué publié dimanche soir.

Les investigations de cette autorité font suite aux poursuites civiles lancées l’été dernier par des fonds d’investissement américains furieux d’avoir essuyé des pertes importantes via les fonds Alpha pendant la crise du coronavirus. Le gendarme américain des marchés, la SEC, avait ouvert sa propre enquête règlementaire en 2020. Dans ce contexte de plus en plus pesant, le directoire d’Allianz voit désormais un “risque” à ce que les enquêtes visant le fonds Alpha puissent avoir “un impact significatif sur les résultats financiers futurs du groupe“, selon le communiqué.

Le fonds de pension des enseignants de l’Arkansas et d’autres fonds réclament depuis l’été dernier des dommages et intérêts à l’assureur. Ces requêtes atteignent quelque 6 milliards de dollars devant les tribunaux américains, a appris l’AFP. Allianz se voit reprocher d’avoir violé pendant la crise sanitaire son obligation d’une stratégie d’investissement neutre sur le marché, censée limiter les prises de risque, en particulier dans la période d’instabilité entraînée par la pandémie. Cependant, il n’est “pas possible d’estimer de manière fiable” comment la justice va trancher dans ce dossier, y compris en termes “d’éventuelles sanctions” financières, explique l’assureur. C’est pourquoi “aucune provision n’a été constituée pour le moment“, ajoute Allianz, qui présentera vendredi les résultats du deuxième trimestre.

En attendant la chute du titre du munichois faisait partir en fumée près de 6 milliards d’euros de capitalisation boursière, ce qui correspond peu ou prou au risque financier maximum enduré par l’assureur aux Etats-Unis. Tout en se dégageant du titre Allianz, les investisseurs recherchaient lundi celui du rival français Axa, qui gagnait près de 4% à la Bourse de Paris après l’annonce de bons résultats trimestriels.

Lire la suite ici : Allianz : Chute boursière à cause d’un litige américain aggravé (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Résultats S1 2021 : La Poste se redresse, portée par les colis

La Poste a indiqué vendredi avoir dégagé un bénéfice net de 525 millions d’euros au premier semestre, un net redressement après le trou d’air provoqué par le premier confinement alors qu’un très gros produit exceptionnel avait brouillé la lecture des comptes l’an dernier.

Le groupe public avait affiché sur les six premiers mois de 2020 un bénéfice net de 2,315 milliards d’euros grâce à un produit exceptionnel de 3,6 milliards apporté par les titres CNP Assurances dont le groupe avait pris le contrôle en mars. Sans cet élément, il aurait accusé une perte de 1,2 milliard d’euros. Le chiffre d’affaires semestriel du groupe est cette année en progression de 16,3% à 16,857 milliards d’euros grâce au fort dynamisme du e-commerce et à des acquisitions (dont CNP Assurances sur un semestre complet). “Ce premier semestre 2021, La Poste a conforté le socle de ses activités, accéléré le développement de ses moteurs de croissance, tout en restant pleinement engagée dans ses (…) missions de service public“, a commenté dans un communiqué le PDG Philippe Wahl, saluant “un début de redressement rendu possible par l’engagement continu des postières et des postiers“.

L’activité du courrier traditionnel, particulièrement affectée par le confinement du printemps 2020, s’est légèrement redressée, avec un chiffre d’affaires en hausse de 10,4%. Si les volumes ont augmenté de 6,4% sur un an, ils sont encore en baisse de 21% par rapport aux six premiers mois de 2019, avant la crise sanitaire. La hausse de 32% des volumes du colis classique (Colissimo) a toutefois permis au chiffre d’affaires de la branche Services-Courrier-Colis de progresser de 18,5% à 6,53 milliards d’euros. Elle sort du rouge avec un bénéfice d’exploitation de 187 millions d’euros. GeoPost (colis express, dont Chronopost en France) profite aussi de l’essor du e-commerce avec une hausse de son chiffre d’affaires de 22%. Son résultat d’exploitation a bondi de 52% à 533 millions d’euros.

Quant à La Banque Postale, son produit net bancaire a crû de 4,8% à 3,97 milliards d’euros sur le semestre. Sa contribution au résultat d’exploitation du groupe atteint 755 millions d’euros. Au final, le résultat d’exploitation de La Poste a été divisé par 2,3 à 1,14 milliard d’euros. La comparaison est plus brillante si l’on fait abstraction de l’intégration de CNP Assurances l’an dernier, puisque le groupe avait alors essuyé, sans prendre en compte cet élément exceptionnel, une perte d’exploitation de 419 millions. Le résultat net sera positif sur l’ensemble de l’année, a prédit le directeur financier Yves Brassart.

Lire la suite ici : Résultats S1 2021 : La Poste se redresse, portée par les colis (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Assurance récolte : Le gouvernement présentera une réforme “à la rentrée”

L’exécutif promet de présenter “à la rentrée” une réforme du système d’assurance des récoltes

Résultats S1 2021 : Swiss Re renoue avec les bénéfices

Le géant suisse de la réassurance Swiss Re a publié vendredi des résultats meilleurs qu’attendu pour le premier semestre, renouant avec les bénéfices avec le reflux des demandes de dédommagements liées à la pandémie, sauf dans la réassurance vie.

Pour les six premiers mois de l’année, le groupe qui fait office d’assureur pour les assureurs a dégagé un bénéfice net d’un peu plus de 1 milliards de dollars (880 millions d’euros), contre une perte de 1,1 milliards l’an passé, a-t-il indiqué dans un communiqué, dépassant les prévisions des analystes interrogés par l’agence suisse AWP qui l’attendaient en moyenne à 761 millions de dollars.

Les pertes liées aux demandes de dédommagements pour la pandémie ont reculé à 870 millions de dollars après avoir gonflé à 2,5 milliards de dollars au premier semestre 2020, a chiffré le groupe qui avait été lourdement impacté l’an passé, notamment en raison des annulations d’événements. Sur les six premiers mois de 2021, les pertes liées au Covid-19 ont découlé principalement de ses activités de réassurance vie avec les décès liés à la pandémie, cette division affichant une perte de 119 millions de dollars. Ces pertes ont toutefois “nettement” diminué au fur et à mesure du deuxième trimestre, a précisé le réassureur qui s’attend à ce que le reflux se poursuive encore au fil de l’avancée des programmes de vaccination.

Ses deux autres grandes divisions ont en revanche renoué avec les bénéfices avec la diminution des demandes de dédommagements liés au Covid-19. Sa division de réassurance dommages a dégagé un bénéfice de 1,2 milliard de dollars, celui de sa division de solutions aux entreprises se montant à 262 millions, malgré les frais liés à la tempête hivernale Uri aux Etats-Unis. Pour le reste de l’année, Swiss Re s’attend désormais à moins de 200 millions de pertes liées au Covid-19 dans l’assurance dommages.

Lire la suite ici : Résultats S1 2021 : Swiss Re renoue avec les bénéfices (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro