L’Argus Factory, un événement à ne pas manquer !

Les 3 et 4 juillet a lieu l’Argus Factory

La start-up BeZenz répond présent au salon du courtage

Précurseur dans la digitalisation RH, la start-up BeZenz comptabilise aujourd’hui ses premiers milliers d’utilisateurs.

Assurance vie : collecte nette de 600 M€ en juin 2017

Après une collecte nette de « seulement » 100 millions d’euros en mai 2017, l’assurance vie a retrouvé des couleurs

Santé collective : Crédit Agricole et Sud-Ouest mutualité partenaires

Crédit Agricole Assurances, la Caisse régionale de Crédit Agricole Pyrénées Gascogne

Publicité : Eovi MCD Mutuelle renouvelle sa web-série sur les seniors

La mutuelle Eovi MCD reconduit pour une seconde saison sa web-série

Résultats 2018 S1 : Allianz confiant pour réaliser ses objectifs annuels

Le premier assureur mondial Allianz a fait état vendredi d’une baisse de son bénéfice net au deuxième trimestre, en raison d’une perte sur la cession d’un portefeuille dans l’assurance-vie à Taïwan, tout en confirmant son objectif de résultat opérationnel sur l’année.

D’avril à juin, le bénéfice net part du groupe a reculé de 5,2% à 1,89 milliard d’euros, mais reste supérieur au solde de 1,8 milliard d’euros sur lequel tablait un panel d’analystes interrogé par le prestataire de services financiers Factset.

L’effet négatif de la cession d’un “portefeuille traditionnel d’assurance-vie à Taïwan”, pour un montant non communiqué, n’a pu être compensé par une charge fiscale inférieure sur le bénéfice imposable, explique l’assureur munichois. Au plan opérationnel, le trimestre s’est bien déroulé, avec une hausse de 2,9% du chiffre d’affaires, à 30,9 milliards d’euros, et un résultat opérationnel s’appréciant de 2,3% à 2,99 milliards d’euros, légèrement mieux que la prévision du consensus de Factset à 2,9 milliards d’euros.

Ces indicateurs en hausse sur une an ont été obtenu “malgré les handicaps liés aux instabilités géopolitiques et aux fluctuations de devises”, explique l’assureur dans un communiqué. Les trois branches d’activité du groupe, l’assurance-dommage, l’assurance-vie et santé et la gestion d’actifs, ont vu leur chiffre d’affaires monter sur un an. En ce qui concerne le résultat opérationnel, seul celui de l’assurance-vie et santé est en recul (-4,6% sur un an) en raison de marges moins élevées sur les placements financiers en Espagne et en Allemagne dans la branche vie, dans un environnement de taux qui demeure au plus bas en zone euro. Des effets de change négatifs ont aussi joué, principalement le dollar faible qui a pesé sur les comptes.

“Nous restons en bonne voie pour atteindre notre objectif de résultat opérationnel annuel en 2018”, a néanmoins souligné Oliver Bäte, le PDG du groupe, cité dans un communiqué. Allianz vise sur l’année un bénéfice opérationnel de 11,1 milliards d’euros, avec une marge à la hausse ou à la baisse de 500 millions en fonction des événements, crises ou catastrophes naturelles. Ce résultat s’est élevé à 5,8 milliards d’euros au premier semestre, en retrait d’1,8% sur un an.

Le géant munichois, qui pèse près de 80 milliards d’euros en Bourse, a lancé début juillet un programme de rachat d’actions allant jusqu’à un milliard d’euros, lequel va s’achever fin septembre, toutes les actions ramassées devant être annulées.

Lire la suite ici : Résultats 2018 S1 : Allianz confiant pour réaliser ses objectifs annuels (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Résultats 2018 S1 : Net recul du bénéfice pour Axa

L’assureur français Axa a fait état jeudi d’un bénéfice net en baisse de 14% au premier semestre par rapport à la même période en 2017, sous l’effet principalement d’éléments exceptionnels qui ont assombri l’amélioration des performances d’exploitation.

Sur les six premiers mois de l’année, le bénéfice net a atteint 2,8 milliards d’euros, a précisé le groupe dans un communiqué financier. Axa fait ainsi légèrement moins bien que ne l’attendaient en moyenne les analystes interrogés par le fournisseur de données financières Factset. Le recul du bénéfice net s’explique pour l’essentiel par divers effets exceptionnels négatifs: l’un est dû notamment à la réorganisation des opérations d’assurance vie collective en Suisse, qui s’est comme prévu traduite par une facture de quelque 340 millions d’euros; un autre est lié à une charge comptable consécutive à la remontée des taux.

Du point de vue opérationnel, en revanche, l’assureur affiche un bilan flatteur, avec une hausse de 4% de son bénéfice d’exploitation. Corrigée des effets de changes, la progression est encore meilleure et atteint 9%. Son chiffre d’affaires ressort quant à lui en léger repli de 1%, à 53,6 milliards d’euros, mais progresse de 3% une fois gommé l’impact des effets de change et dépasse cette fois les espérances des analystes.

“Nous constatons une dynamique de croissance soutenue pour l’ensemble de nos zones géographiques, en particulier en France et en Europe, ainsi que dans nos segments cibles, avec une hausse du volume d’affaires nouvelles de 10% en prévoyance et une croissance du chiffre d’affaires de 7% en santé”, s’est félicité Thomas Buberl, le directeur général du groupe, cité dans le communiqué. Ces résultats traduisent “une forte accélération de la transformation du groupe”, a par ailleurs souligné son directeur financier, Gérald Harlin, lors d’une téléconférence de presse.

Axa a lancé en 2016 un nouveau plan stratégique pour l’horizon 2020 qui prévoit de réduire sa dépendance aux risques de marchés et à l’assurance vie, au profit d’activités jugées désormais plus porteuses telles que la santé ou l’assurance dommage pour les entreprises.

Lire la suite ici : Résultats 2018 S1 : Net recul du bénéfice pour Axa (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Résultats 2018 T2 : Bénéfice net en léger retrait pour Munich Re

Le géant allemand de la réassurance Munich Re a fait état mercredi d’un bénéfice net au deuxième trimestre en léger retrait sur un an, en dépit d’importantes catastrophes d’origine humaine, et s’est dit une bonne voie d’atteindre ses objectifs annuels.

D’avril à juin, le groupe de Munich, dont le coeur de métier est d’épauler les assureurs contre les risques qu’ils encourent, a dégagé un bénéfice net part du groupe de 724 millions d’euros, contre 729 millions l’an dernier, et en situant en-dessous des 735 millions d’euros attendus par un panel d’analystes interrogés par le prestataire de services financiers Factset. Les rentrées de primes, l’équivalent du chiffre d’affaires dans le secteur de l’assurance, ont totalisé 11,19 milliards d’euros, soit une baisse de 5,2% sur un an, en raison d’effets de change défavorables et du non renouvellement de gros contrats dans la réassurance, sa principale division.

Le résultat d’exploitation(Ebit) s’affiche à 997 millions d’euros, en baisse annuelle de 14%, ce qui résulte d’importants remboursements de 501 millions d’euros au titre de catastrophes d’origine humaines, principalement liés à des avaries sur le chantier de construction d’une centrale hydroélectrique géante en Colombie, et contre une charge de 187 millions d’euros à trimestre comparable l’an dernier.

Les catastrophes naturelles ont en revanche moins pesé sur les comptes du trimestre, avec 104 millions d’euros de remboursements, principalement en raison de gros orages aux Etats-Unis en juin. Sur six mois, le bénéfice atteint près d’1,6 milliard d’euros, ce qui fait que le groupe est “en bonne voie pour atteindre (l’)objectif de bénéfice entre 2,1 et 2,5 milliards d’euros pour l’ensemble de l’année”, a déclaré Joachim Wenning, PDG du groupe, cité dans un communiqué.

Pour les entrées de primes brutes, l’équivalent du chiffre d’affaires dans le secteur de l’assurance, il vise toujours entre 46 et 49 milliards d’euros pour l’année. Munich Re veut se désengager de ses activités dans le charbon, que ce soit en matière d’assurance ou d’investissements sur les marchés de capitaux, en raison de la transition énergétique en cours du fait du réchauffement climatique, a annoncé lundi son patron dans la presse, sans être précis sur le calendrier de ce retrait.

Lire la suite ici : Résultats 2018 T2 : Bénéfice net en léger retrait pour Munich Re (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Réassurance : Swiss Re envisage l’introduction en bourse de ReAssure

Le réassureur suisse Swiss Re envisage d’introduire en Bourse en 2019 sa branche dite ReAssure, a-t-il annoncé vendredi lors de la publication de ses résultats du premier semestre.

Le groupe zurichois entend ainsi s’assurer l’accès à de nouveaux capitaux pour poursuivre son expansion en rachetant de nouveaux portefeuilles d’assurance fermés, a-t-il indiqué dans un communiqué. Le groupe, qui soupèse la possibilité d’introduire cette branche en Bourse, a cependant précisé qu’il n’y a pour l’instant aucune garantie que l’opération se fera, ni aucune certitude quant à la taille, la structure ou les termes de l’opération.

ReAssure est spécialisé dans la gestion de portefeuilles d’assurance fermés, c’est-à-dire qui n’acceptent plus de nouveaux clients et que le réassureur gère jusqu’à ce que tous les contrats arrivent à échéance. “C’est une excellente activité parce qu’il y a un très grand marché”, a affirmé Christian Mumenthaler, directeur général du groupe zurichois, lors d’une conférence, pointant que ces services sont très appréciés des compagnies d’assurance. Mais le groupe doit composer avec des exigences élevées dans la réglementation suisse concernant ses ratios de solvabilité, ce qui l’a amené à réexaminer son modèle pour s’assurer des afflux de capitaux qui lui permettent de continuer à faire croître cette activité.

“Une introduction en Bourse est une option”, a ajouté M. Mumenthaler, expliquant que l’objectif était de fournir un ancrage solide à ReAssure. L’opération, si elle se fait, aura plutôt lieu à la Bourse de Londres, où sont basées les activités de ReAssure, a précisé John Dacey, son directeur financier. En octobre, le groupe, qui s’est fortement développé dans cette activité ces dernières années, avait déjà signé un accord avec l’assureur japonais MS&AD Insurance pour lui permettre de prendre une participation dans ReAssure, initialement de 5% mais qui pourrait ensuite monter jusqu’à 15%.

Pour le premier semestre, le groupe suisse a enregistré un bénéfice de 1 milliard de dollars (862 millions d’euros), rogné par un changement dans les normes comptables US GAAP, a indiqué le groupe, qui détaillait également ses chiffres pour les six premiers mois de l’année. Sans ces changements comptables, son bénéfice se serait établi à 1,2 milliard de dollars, dans la lignée des chiffres du premier semestre 2017. L’an passé, son bénéfice s’était également monté à 1,2 milliard au premier semestre, a-t-il précisé pour faciliter les comparaisons.

Ses primes se sont, elles, accrues de 8%, à 19,6 milliards, grâce notamment à ses activités dans la réassurance vie et santé. Lors de renouvellement de contrats, en juillet, les prix ont augmenté de 2% après de nombreuses catastrophes naturelles l’an passé. Les volumes de primes se sont, eux, accrus de 9%.

“Les résultats du premier semestre 2018 sont mitigés dans l’ensemble, avec une contribution très solide de l’assurance dommages contrebalancée par des conditions négatives sur les marchés financiers et plutôt modestes sur les tarifs”, a réagi Stefan Schuermann, analyste chez Vontobel, dans un commentaire boursier. Dans le détail, les activités d’assurance dommages ont dégagé un bénéfice de 752 millions de dollars, en hausse de 38%, grâce au faible nombre de catastrophes naturelles depuis le début de l’année. L’assurance vie a vu son bénéfice se replier de 8%, à 398 millions de dollars, malgré une embellie dans les souscriptions en Asie et dans la zone Europe, Moyen Orient et Afrique. Le groupe a expliqué ce repli sur de moindres gains sur ses investissements en Bourse par rapport au premier semestre 2017.

Les analystes ont néanmoins accueilli favorablement l’idée d’introduire ReAssure en Bourse, qui va lui permettre de “libérer de la valeur et des capitaux”, a noté l’analyste de Vontobel.

Lire la suite ici : Réassurance : Swiss Re envisage l’introduction en bourse de ReAssure (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Climat : Munich Re se désengage du charbon

Le géant allemand de la réassurance Munich Re se désengage de ses activités dans le charbon, en raison de la transition énergétique en cours du fait du réchauffement climatique, a annoncé lundi son patron dans la presse.

“Nous allons cesser d’assurer les centrales au charbon ou les mines de charbon individuelles dans les pays industrialisés”, a écrit le PDG du groupe, Joachim Wenning, dans une tribune publiée par la Frankfurter Allgemeine Zeitung.

Cette décision va souffrir d’exceptions “chez les clients actifs ou dans les pays émergents”, où la situation sera examinée au cas par cas. En tant qu’investisseur sur les marchés financiers, le groupe munichois compte aussi arrêter de placer ses liquidités dans des actions ou obligations d’entreprises “qui réalisent plus de 30% de leur chiffre d’affaires dans le charbon”, ajoute M. Wenning.

Derrière ces décisions, le constat que le charbon est, parmi les matières premières fossiles, celle qui émet le plus d’émissions de gaz carbonique (CO2), menaçant ainsi l’objectif de limiter la hausse des températures mondiales à 2°C figurant dans l’accord mondial de Paris signé en 2015 contre le réchauffement climatique. Munich Re emboîte le pas d’autres grands d’Europe. Le suisse Swiss Re, les français Scor et Axa, l’allemand Allianz et l’italien Generali ont déjà fait des annonces similaires.

Comme ces derniers, Munich Re compte se tourner vers les énergies dites propres. Ce nouveau désengagement a du poids en Allemagne où près de 40% de l’électricité provient du charbon. L’ONG environnementale Urgewald a salué lundi “un pas positif” de Munich Re mais “qui ne va pas assez loin”, le groupe se laissant la possibilité d’assurer des centrales au charbon dans les pays émergents, notamment en Asie.

Lire la suite ici : Climat : Munich Re se désengage du charbon (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro