Véhicule Autonome : le Groupe Macif intègre le Movin’On Lab

Leader sur le marché français de l’assurance automobile et assureur de toutes les mobilités

Catastrophes naturelles : le coût des sinistres assurés est finalement élevé en 2018

2018 : une année coûteuse pour les assureurs et réassureurs

Assurance auto : faut-il s’assurer tous risques ou au tiers ?

Selon les conducteurs et le type de véhicule, il peut être judicieux d’opter pour une assurance auto

Cercle LAB : Retour sur la 1ère réunion du Club Santé

Le 9 octobre, le Club Santé du Cercle LAB s’est réuni autour du sujet de « l’innovation en assurance santé

Assurance construction : Alliage Assurances placé en liquidation

En redressement depuis août dernier, Alliage Assurances (ex-SFS France) a finalement été placée en liquidation

Y a-t-il une alternative à la Sécurité Sociale ?

Diverses sources médiatiques contribuent à diffuser des informations pouvant laisser croire qu’il est aujourd’hui possible de se séparer de la Sécurité Sociale au profit d’une assurance privée européenne moins chère et offrant une meilleure couverture. Vrai ou faux ?

Les détracteurs argumentent que l’affîliation à la Sécurité Sociale du régime obligatoire est contraire au droit européen. Pourtant, saisis par l’Etat, les juges confirment que : “ contrairement aux interpretations et convictions… le monopole de la Sécurité Sociale demeure en France ”. Ils précisent que “ sont affiliées à un régime obligatoire de sécurité sociale, quel que soit leur lieu de résidence, toutes les personnes qui exercent sur le territoire français une activité professionnelle non salariée – artisans, commerçants, professions libérales, etc. (Code de Sécurité Sociale art. L III-2-2, l°,b) ”.

L’affiliation au régime de Sécurité sociale français est obligatoire et une dérogation à cette obligation expose à des sanctions pénales et/ou financières importantes.

Notez qu’en cas de refus d’affiliation ou de désengagement à la Sécurité Sociale obligatoire, d’importantes sanctions pénales et financières sont prévues : six mois d’emprisonnement et amende de 15.000 €.

Le guide pratique de l'assurance

L’entreprise face à l’arrêt maladie d’un salarié

L’absence d’un salarié en arrêt maladie doit être gérée au plus tôt car l’entreprise peut être amené à avoir besoin d’informations urgentes pour poursuivre son activité. Qu’est-elle autorisée à faire ?

Contacter un salarié en arrêt maladie

Pour ne pas perturber la marche de l’entreprise qui doit être en mesure de pouvoir continuer à fonctionner normalement, l’employeur peut téléphoner à son salarié. Ce type d’appel téléphonique n’est pas interdit Il est en droit de demander la restitution de matériel, documents, fichiers ou code informatique… Cours de cassation 6 février 2001 / Cours de cassation. 18 mars 2003) indispensables à son activité.
La fourniture de ces éléments ne doit pas conduire le salarié à accomplir une véritable prestation de travail. En effet, son contrat de travail étant suspendu durant cette période, pour cause de maladie, ¡l ne se trouve plus sous l autorité de son employeur et, en conséquence, est dispensé de cette prestation de travail (Cours de cassation 25 juin 2003). l II est totalement exclu que l’employeur demande de’ l travailler à un salarié en arrêt maladie, ni même sur ^sa demande, l’y autorise CCass. soc 2 / novembre 2012).

Quel impact sur les avantages en nature ?

Sauf clauses prévues dans le contrat de travail ou dans la Convention collective :

  • La demande de restitution du véhicule de fonction dont le salarié conserve l’usage dans sa vie personnelle est interdite.
  • Le logement de fonction ne peut pas être retiré au salarié et aucun loyer ne peut lui être demandé pour cette période d’arrêt maladie.

Le guide pratique de l'assurance

L’offre du mois chez AMV

En cette période trouble, où les difficultés financières peuvent parfois accabler certains ménages, voici une bonne nouvelle aux assurés AMV. Celui-ci vient d’annoncer qu’il offrait un mois de cotisation. Il est clair qu’en plein confinement, nous sollicitons moins nos véhicules, et de ce fait bien moins d’accidents sont enregistrés, et avec cette baisse d’activité générale, c’est plutôt une aubaine pour les assurances. Voici la lettre en question:

Bonjour,

Par solidarité durant cette période de confinement, AMV a pris l’engagement fort d’offrir 1 mois de cotisation* à ses assurés, applicable à la prochaine échéance.
Le renouvellement de votre contrat étant au mois de mai, vous recevrez dans les jours à venir votre avis d’échéance annuel qui tient compte de cette remise.
Pour faciliter le renouvellement de votre contrat et l’envoi de votre carte verte, nous vous invitons à privilégier le règlement de votre prime par carte bancaire sur amv.fr, rubrique Mon Espace AMV dès réception de votre avis d’échéance.

AMV a adapté son organisation pour préserver ses collaborateurs tout en vous assurant une continuité de services.

Soyez ainsi assurés de notre mobilisation pour être à vos côtés et vous servir.

AMV
* Réduction à valoir sur les contrats Moto / Scooter / Quad / Auto (hors AMV Légende) et Camping-car , hors options, protection juridique, garanties attentats et risques technologiques et ayant une échéance principale entre le 1er mai 2020 et le 30 avril 2021.

Source: https://www.amv.fr/blog/amv-assurance-assurement-passionne/

Le guide pratique de l'assurance

L’assurance vie est elle encore un placement rentable ?

L’assurance-vie reste le placement préféré devant le livret A et le plan épargne logement. Cependant, les rendement ne cessent de baisser, donc cela vaut-il encore le coup ?

Son mécanisme

Ce placement est directement indexé sur les taux d’intérêts qui baissent inexorablement depuis plus de 10 ans. Ainsi le « rendement des fonds en euros », formule généralement proposée par l’assurance-vie, suit la tendance.

Rendement moyen des fonds en Euros depuis 10 ans

D’un point de vue financier, les indicateurs restent défavorables. La dernière crise économique a demandé énormément d’injections de liquidités, mais sans inflation cela implique cette baisse forcée des taux d’intérêts.

Vers qui s’orienter ?

Du coté des assureur on constate cependant des disparités avec les différents acteurs du marché, avec des taux variants entre 1 et 3%.
Les rendements les plus faibles étant surtout proposés par les banques et les assurances. Les rendements les plus intéressants sont proposés par les mutuelles.

Comment l’expliquer ?

Généralement les professionnels mettent en réserve le rendement, pensant qu’il pourront l’augmenter a posteriori, contrairement aux contrats dits « associatifs » des mutuelles qui redistribuent directement les bénéfices, et ainsi garantissent le rendement sur le court-terme. Cependant car les frais sont alors plus importants, cela est dû à une gestion de contrat moins optimale.
Les établissement bancaires peuvent fournir des produits à faible rendement car leur clientèle ne cherche pas forcément l’optimisation.
Avec les mutuelles le client demande plus de visibilité et une meilleure distribution des intérêts.

JF, expert assurance

Les banques ont généralement tendance à ventiler les rendements comme elles le souhaitent. Même si les placements liés à l’assurance-vie ont plus rapporté, elles ne vont pas forcément redistribuer les bénéfices aux contrats d’assurance-vie, mais les répartir sur tous ses produits financiers.

En conclusion

D’un manière simple, ce placement permet d’avoir une garantie en capital, et de pouvoir le récupérer son investissement à tout moment. C’est aujourd’hui un avantage dans une situation économique parfois instable. Ce coût élevé est la sécurité que l’on recherche en tant qu’épargnant.

Le guide pratique de l'assurance

Assurance emprunteur, vous avez le choix

Lors d’une souscription à un prêt immobilier, l’élément sur lequel on porte le plus d’intérêt est bien souvent le taux du crédit que nous propose la banque, c’est en effet ce facteur qui détermine notre choix de l’établissement bancaire. Or, l’élément que l’on met généralement de coté est le taux de l’assurance du crédit, car il nous est souvent proposé par la banque comme une formalité de plus à signer.

Dans le contexte économique actuel avec les taux bancaires au plus bas, les marges sur les prêts immobiliers sont très réduites. C’est donc vers les assurances emprunteurs qu’elles tentent de les optimiser.

Se tourner vers un courtier

On constate aujourd’hui un grande disparité de prix entre les établissements bancaires et les professionnels de l’assurance. On constate fréquemment que le tarif proposé par la banque se situe entre 2 et 3 fois plus cher que ce que peut proposer un courtier. Ce qui à la fin constitue une somme importante vu la durée moyenne d’un prêt immobilier !

Renégocier une assurance prêt peut décourager car il ne faut certainement pas s’attendre à de l’aide de la part de votre banque, mais le courtier saura accompagner pour constituer un dossier, et effectuer les démarches à votre place.

Le guide pratique de l'assurance