Français

Étude d’Altaprofits : 4 Français sur 5 détiennent un produit d’épargne

Selon une étude Ifop pour Altaprofits, 84% des Français possèdent au moins un produit d’épargne. La part des épargnants détenteurs de multiples contrats augmente de 3%, elle s’établit à 56% en 2021.

Le courtier en ligne, Altaprofits a publié les résultats du baromètre Ifop 2021 de l’épargne en France et en régions. « Les préoccupations à court terme des Français ont pris le pas sur leurs projections à long terme et cela a déteint sur leurs comportements d’épargne, en particulier, sur leur épargne de précaution qui est en hausse de 3 points par rapport au précédent baromètre, en 2020 », indique le rapport. Près de la moitié des épargnants Français (49%) mettent de l’argent de côté afin de constituer une épargne de précaution, selon le baromètre. Ils sont près d’un tiers à épargner pour faire face aux imprévus du quotidien et 15% d’entre eux se disent épargner pour se préparer à une éventuelle « situation exceptionnelle », comme par exemple, la perte d’un emploi. Néanmoins, plus d’un quart d’entre eux (27%) mettent de l’argent de côté dans le but de financer un projet à court ou à long terme.

Dans un contexte de crise sanitaire, l’appât du gain par une plus grande prise de risque ne séduit toujours pas les Français. Ils sont encore 8 sur 10 à privilégier « un placement sans risque même si son rendement est faible ». Néanmoins, 26% des épargnants ont le projet de placer les sommes récemment mises de côté. L’investissement dans des produits d’épargne réglementés attire 13% des répondants, 6% anticipent un placement en assurance vie et 4% se disent tentés par la bourse. De son côté, le placement immobilier, investissement moins risqué, attire 13% des épargnants sur le marché. « Cette année hors norme a amené les Français à adopter une attitude raisonnable pour se faire plaisir et raisonnée pour assurer leur avenir financier. Ils ont une vision plus court-termiste de leurs projets mais leurs intentions, à hauteur de 39 %, d’investir l’argent qu’ils ont accumulé est forte. Cette année exceptionnelle a accentué leur prudence, qui se retrouve dans la hausse de leur épargne de précaution », commente Stellane Cohen, présidente d’Altaprofits.

Le PER récolte 28% d’intentions d’investissement

Alors que 84% des Français possèdent au moins un produit d’épargne et 56% disent en détenir plus d’un, la plupart des épargnants déclarent placer de l’argent régulièrement sur leurs produits d’épargne (94%). Près de la moitié d’entre eux effectuent des dépôts mensuels (45%) alors que « près de trois quarts le font au moins une fois tous les 6 mois (74%) ». Parmi ces produits d’épargne, le plan épargne retraite a recueilli 28% d’intentions d’investissement, selon le baromètre. Attractifs de par ses caractéristiques plus flexibles, l’intérêt principal pour les épargnants reste la volonté de se constituer un complément de revenu pour la retraite. L’enveloppe fiscale que représente le PER se place en deuxième position des intérêts des épargnants (80%), suivie de la possibilité de sortie en capital ou en rente viagère à la fin du contrat (78%). La possibilité, d’une sortie anticipée dans le cas de l’achat d’une résidence principale par exemple, donne également une option de liquidité qui séduit les épargnants français (54%). « Jusqu’à peu, les Français inquiets pour leur retraite n’épargnaient pas pour autant. Ce baromètre montre qu’aujourd’hui ils ont commencé à prendre conscience de la nécessité de la préparer individuellement ; cela se traduit par la notoriété et par le succès que rencontre le PER, lancé il y a seulement 18 mois », conclut Stellane Cohen.

Lire la suite ici : Étude d’Altaprofits : 4 Français sur 5 détiennent un produit d’épargne (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Truffle 100 des éditeurs de logiciels français : le groupe Prima Solutions gagne 22 places et se positionne 40è du classement 2019

Le palmarès Truffle 100 des éditeurs de logiciels français vient d’être publié et témoigne de la croissance continue du marché (+3.33%). Prima Solutions occupe cette année la 40è place du classement.

Premier groupe de l’AssurTech française, Prima Solutions poursuit sa croissance exceptionnelle avec un chiffre d’affaires multiplié par 3 en 6 ans et affiche une progression de 22 places par rapport au classement Truffle 100 de l’an dernier. Ce succès est largement boosté par le rapprochement avec l’éditeur Effisoft qui occupait la 95è place du palmarès 2018.

« Nos 2 sociétés ont fusionné en décembre dernier pour donner naissance à l’un des leaders mondiaux de l’édition de logiciels pour les professionnels de l’assurance et de la réassurance. Notre nouveau groupe propose en effet une offre et une expertise sans équivalent sur le marché puisque nous sommes en mesure de mener aussi bien des projets îlots en marge des systèmes historiques que des refontes globales du système d’information des assureurs. Nous aidons même les nouveaux entrants à lancer rapidement des produits d’assurance innovants grâce à nos solutions cloud standalone. », explique Hugues Delannoy, Président de Prima Solutions.

Le groupe accompagne aujourd’hui plus de 300 sociétés d’assurance dans le monde pour leurs projets de transformation digitale et emploie plus de 300 collaborateurs.
« Nous embauchons d’ailleurs massivement pour soutenir notre croissance rapide. Plus d’une trentaine de postes sont actuellement ouverts sur nos différents bureaux de Paris, Miami et Montréal. », indique Hugues Delannoy.

Prima Solutions Truffle100 2019

Tags: Effisoftsaas2019

Source link

Lire la suite ici : Truffle 100 des éditeurs de logiciels français : le groupe Prima Solutions gagne 22 places et se positionne 40è du classement 2019 (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Résultats 2018 T1 : Le marché français tire l’activité d’Axa

INFOGRAPHIES – Le groupe d’assurance Axa a présenté jeudi un chiffre d’affaires en recul de 3% pour le premier trimestre, ralenti par des effets de changes défavorables qui ont gommé la bonne tenue des activités, principalement en France.

Sur les trois premiers mois de l’année, la compagnie a réalisé un chiffre d’affaires de 30,8 milliards d’euros, contre 31,6 milliards sur la même période en 2017, selon un communiqué financier. La raison de ce repli? “Une importante partie de notre activité à l’étranger qui n’est pas en zone euro a subi l’appréciation de l’euro”, tout particulièrement face au dollar américain et au franc suisse, a souligné Gérald Harlin, le directeur financier du groupe, lors d’une téléconférence de presse.

Il n’en reste pas moins que le repli du chiffre d’affaires est plus marqué que ne l’attendait le consensus d’analystes compilé par le fournisseur de données financières FactSet, qui tablait sur un chiffre d’affaires de 31,2 milliards d’euros. L’assureur estime toutefois avoir “réalisé une excellente performance ce premier trimestre” et met en avant le fait qu’en données comparables, c’est-à-dire toilettées des variations de changes, le chiffre d’affaires engrangé de janvier à mars ressort en hausse de 2% sur un an. L’activité a notamment été tractée par le marché français, sur lequel les recettes ont bondi de 8%, à la faveur d’une activité commerciale soutenue sur le terrain de l’assurance santé et celui de l’assurance vie, épargne et retraite.

Ailleurs dans le monde, l’activité s’est globalement un peu améliorée en Europe, notamment en Espagne et en Italie, ainsi qu’en Asie à la faveur d’un repositionnement de ses activités. Aux Etats-Unis en revanche, le chiffre d’affaires s’est érodé, du fait notamment d’une baisse sur un an des ventes de certains produits d’épargne.

Engagé dans une vaste réorganisation, Axa veut – dans un contexte de taux très bas – réduire la part de ses activités en assurance vie, épargne et retraite pour se recentrer sur des segments plus porteurs comme l’assurance dommage aux entreprises ou la santé. Axa avait annoncé début mars – à la surprise générale – le rachat du groupe d’assurance bermudien XL, spécialisé dans l’assurance dommage des entreprises, pour un montant de 12 milliards d’euros. “Le financement est en bonne voie”, a réaffirmé jeudi M. Harlin.

Avec AFP

Lire la suite ici : Résultats 2018 T1 : Le marché français tire l’activité d’Axa (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

L’épargne retraite n’a pas la cote auprès des Français (baromètre Cercle des Epargnants)

Selon le Cercle des Epargnants, centre d’études soutenu par Generali, à peine un Français sur cinq épargne régulièrement en vue de sa retraite. Un chiffre en recul par rapport à la précédente édition du baromètre.  Lire l’article
L’Argus de l’Assurance – Acteurs

Prévention routière : des campagnes efficaces pour plus de la moitié des Français

77% des Français disent se souvenir d’une campagne de prévention routière et 59% avoir adapté leur comportement, selon le baromètre Allianz France-GMV Conseil.  Lire l’article
L’Argus de l’Assurance – Acteurs