Allianz

Résultats S1 2021 : Allianz résiste aux catastrophes naturelles

Allianz a publié vendredi un bénéfice net au deuxième trimestre en forte hausse annuelle, touché par l’impact de catastrophes naturelles mais relativement épargné par la pandémie de Covid-19, et a affiné ses prévisions pour l’année.

D’avril à juin, le géant de l’assurance a engrangé un bénéfice net part du groupe de 2,2 milliards d’euros, en hausse de 46% sur un an. Son résultat opérationnel (Ebit), à 3,3 milliards d’euros, est en hausse de 29% et devrait atterrir “dans le haut de la fourchette” de la prévision annuelle fixée entre 11 et 13 milliards d’euros, selon un communiqué.

Cette prévision tient compte de l’impact de 400 millions d’euros attendu pour le moment suite aux dégâts causés par les crues dévastatrices de juillet dans l’Allemagne de l’Ouest. Sur le trimestre écoulé, les catastrophes naturelles ont causé 607 millions d’euros de remboursements, nettement plus que les 119 millions d’euros subis il y a un an. La raison incombe aux tempêtes Volker et Xero qui se sont abattues notamment sur l’Allemagne au mois de juin. En revanche, l’impact de la pandémie de Covid-19 est jugé “non significatif” en terme de résultat de la branche dommages, alors que les économies ont rouvert au printemps sur fond de baisse sensible des cas d’infections et de poursuite des campagnes de vaccinations. Au final, cette branche phare de l’assureur a dégagé un résultat opérationnel de 1,4 milliard d’euros au deuxième trimestre, en hausse de 19% sur un an.

Les autres divisions, soit santé-vie et gestion d’actifs, ont elles amélioré chacune leur performance de près de 30% sur un an, tirées par des recettes et abondements de fonds en hausse. Les ventes globales se sont améliorées de 10,9% sur un an, à 34,3 milliards d’euros. “Le deuxième trimestre souligne une fois de plus la solide performance fondamentale d’Allianz, qui se reflète dans tous les chiffres financiers clés“, a estimé Giulio Terzariol, directeur financier d’Allianz, cité dans un communiqué. Il a déclaré à Bloomberg qu’il était encore “trop tôt” pour évaluer l’impact financier des poursuites américaines visant sa filiale Allianz GI dans la gestion d’actifs. Lundi, l’assureur évoquait un possible “impact significatif” en milliards sur ses résultats futurs.

Lire la suite ici : Résultats S1 2021 : Allianz résiste aux catastrophes naturelles (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Allianz : Des défaillances dans le management du fonds “Alpha”

Le géant de l’assurance Allianz a reconnu vendredi des défaillances dans le management de sa filiale de gestion d’actifs Allianz Global Investors, au coeur de poursuites aux Etats-Unis, qui pourraient lui coûter des milliards d’euros de sanctions, une affaire éclipsant les performances favorables affichées au deuxième trimestre.

Depuis un an, Allianz fait l’objet de poursuites civiles par des fonds d’investissement américains furieux d’avoir essuyé des pertes importantes pendant la crise du coronavirus à travers des fonds structurés dénommés “Alpha“, logés dans la filiale Allianz Global Investors, l’un des principaux gestionnaires d’actifs au monde.

Allianz a répété vendredi qu’il coopère depuis un an avec le gendarme américain des marchés, la SEC qui a lancé dès 2020 une enquête règlementaire. Mais l’affaire a pris un tournant plus grave avec le département américain de la Justice (DOJ) qui a ouvert une enquête pénale, valant à Allianz de traverser “une semaine horrible“, selon le président du directoire Oliver Bäte. Après avoir fait réexaminer les faits, le patron a reconnu vendredi que “tout ne s’est pas parfaitement déroulé dans la gestion des fonds” mais “c’est indépendant de la question si le produit est bon ou mauvais” en terme de performance.

Dans l’incapacité de livrer tout détail sur le fond des poursuites du DOJ, M.Bäte veut in fine préserver les intérêts des actionnaires. “Régler (un litige de manière) rapide revient parfois très cher” et entraînerait “le prochain problème avec nos actionnaires qui nous reprocheraient d’avoir agi trop vite et (pour un coût) trop élevé“, a-t-il expliqué. Allianz avait évoqué lundi un possible “impact significatif” en milliards sur ses résultats futurs, tandis que les requêtes civiles atteindraient quelques 6 milliards de dollars, a appris l’AFP.

Objectif annuel affiné

En guise de douceur accordée aux actionnaires, l’assureur a annoncé jeudi soir un nouveau programme de rachat d’actions portant jusqu’à 750 millions d’euros dépensés entre août et décembre. Il veut ainsi rendre du capital à ses détenteurs, tandis que les actions rachetées seront supprimées, ce qui permettra de relever mécaniquement le cours. De quoi réjouir les investisseurs: à la Bourse de Francfort, le titre glanait vendredi 3,10% à 198,7 euros. En matinée, Allianz a fait état d’un bénéfice net part du groupe de 2,2 milliards d’euros au deuxième trimestre, en hausse de 46% sur un an.

Son résultat opérationnel (Ebit), à 3,3 milliards d’euros, est en hausse de 29% et doit désormais atterrir au terme de l’exercice “dans le haut de la fourchette” fixée initialement entre 11 et 13 milliards d’euros, a indiqué l’assureur. Cette prévision tient compte d’une perte nette de 400 millions d’euros, après réassurance et reconstitution des primes d’assurances, estimée après les crues dévastatrices de juillet dans l’Allemagne de l’Ouest.

Sur le trimestre écoulé, les catastrophes naturelles ont causé 607 millions d’euros de remboursements dans la branche dommages, la raison incombant notamment aux tempêtes Volker et Xero qui se sont abattues sur l’Europe au mois de juin. L’impact de la pandémie de Covid-19 a été en revanche “non significatif“, alors que les économies ont rouvert au printemps sur fond de baisse sensible des cas d’infections et d’accélération des campagnes de vaccinations. Au final, cette branche phare a dégagé un résultat opérationnel de 1,4 milliard d’euros au deuxième trimestre, en hausse de 19% sur un an. Les divisions santé-vie et gestion d’actifs ont chacune amélioré leur performance de près de 30% sur un an, tirées par des recettes et abondements de fonds en hausse.

Lire la suite ici : Allianz : Des défaillances dans le management du fonds “Alpha” (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Allianz : Chute boursière à cause d’un litige américain aggravé

Le titre Allianz dévissait lundi à la Bourse de Francfort, l’assureur voyant s’accumuler les poursuites américaines visant sa gestion d’actifs avec un possible “impact significatif” en milliards sur ses résultats futurs.

Le cours du géant de l’assurance, poids lourd du Dax, perdait à 10H40 GMT 7,43% à 194,38 euros, après avoir plongé de 9% dans la matinée. Le département américain de la Justice (DOJ) a ouvert récemment une enquête pénale sur les fonds structurés “Alpha“, logés dans la filiale Allianz Global Investors, l’un des principaux gestionnaires d’actifs au monde, a expliqué le groupe dans un communiqué publié dimanche soir.

Les investigations de cette autorité font suite aux poursuites civiles lancées l’été dernier par des fonds d’investissement américains furieux d’avoir essuyé des pertes importantes via les fonds Alpha pendant la crise du coronavirus. Le gendarme américain des marchés, la SEC, avait ouvert sa propre enquête règlementaire en 2020. Dans ce contexte de plus en plus pesant, le directoire d’Allianz voit désormais un “risque” à ce que les enquêtes visant le fonds Alpha puissent avoir “un impact significatif sur les résultats financiers futurs du groupe“, selon le communiqué.

Le fonds de pension des enseignants de l’Arkansas et d’autres fonds réclament depuis l’été dernier des dommages et intérêts à l’assureur. Ces requêtes atteignent quelque 6 milliards de dollars devant les tribunaux américains, a appris l’AFP. Allianz se voit reprocher d’avoir violé pendant la crise sanitaire son obligation d’une stratégie d’investissement neutre sur le marché, censée limiter les prises de risque, en particulier dans la période d’instabilité entraînée par la pandémie. Cependant, il n’est “pas possible d’estimer de manière fiable” comment la justice va trancher dans ce dossier, y compris en termes “d’éventuelles sanctions” financières, explique l’assureur. C’est pourquoi “aucune provision n’a été constituée pour le moment“, ajoute Allianz, qui présentera vendredi les résultats du deuxième trimestre.

En attendant la chute du titre du munichois faisait partir en fumée près de 6 milliards d’euros de capitalisation boursière, ce qui correspond peu ou prou au risque financier maximum enduré par l’assureur aux Etats-Unis. Tout en se dégageant du titre Allianz, les investisseurs recherchaient lundi celui du rival français Axa, qui gagnait près de 4% à la Bourse de Paris après l’annonce de bons résultats trimestriels.

Lire la suite ici : Allianz : Chute boursière à cause d’un litige américain aggravé (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

MesDocteurs : Le contrôle médical à distance avec Allianz fait ses preuves

Après une expérimentation avec Allianz, MesDocteurs déploie une solution de contrôle médical à distance dans le cadre d’un dommage corporel.

Le spécialiste de la téléconsultation MesDocteurs se diversifie en proposant une solution de contrôle médical à distance dédié aux assureurs. MesDocteurs a développé une plateforme en collaboration avec Allianz France qui permet de réduire les délais de traitement de dossiers d’expertise médicale dans le cadre d’une assurance automobile, prévoyance ou emprunteur. « Nous avons travaillé main dans la main avec MesDocteurs pour développer cette plateforme digitale de mise en relation de nos assurés avec un expert médical. Cette innovation est un succès, c’est un vrai levier de performance et de satisfaction. Nous envisageons déjà d’étendre cet outil auprès d’autres métiers pour optimiser nos processus », affirme Nathalie Nauwelaers, responsable d’organisation d’Allianz France. Grâce à la plateforme, Allianz a pu réduire de 80% la charge de gestion des contre-visites médicales. Le délai de traitement des dossiers s’élève à 6,5 jours de bout en bout, contre 8 à 12 semaines pour une contre-visite classique. Le net promoter score atteint une note de 4,7 sur 5.

Après une phase d’expérimentation avec Allianz, la plateforme est prête à être déployée auprès d’autres assureurs. Elle est paramétrable en fonction des règles de l’assureur.

Réduire les délais de traitement

MesDocteurs propose de gagner du temps en optimisant la transmission des données grâce à la dématérialisation. L’assuré prend rendez-vous après avoir créé son dossier en ligne et  l’expert agréé peut ainsi consulter le dossier médical avant son rendez-vous. L’échange entre l’assuré et l’expert agréé peut avoir lieu par visioconférence ou par chat. La plateforme permet aussi de transmettre des documents de façon sécurisée. De son côté, l’expert peut commencer à rédiger le rapport d’expertise sur la plateforme, pendant la réunion. Une fois le rapport signé, l’assureur peut le télécharger sur son interface, ainsi que la note d’honoraires. La décision du médecin conseil est immédiatement transmise à l’assureur, qui pourra alors contacter l’assuré pour l’informer de son indemnisation.

Lire la suite ici : MesDocteurs : Le contrôle médical à distance avec Allianz fait ses preuves (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Résultats 2019 T2 : Bénéfice net en hausse pour Allianz

Le géant allemand de l’assurance Allianz a dégagé un bénéfice net en hausse au second trimestre, grâce à un gain exceptionnel dans sa branche assurance vie, et a confirmé son objectif annuel.

D’avril à juin, le bénéfice net part du groupe a atteint 2,14 milliards d’euros, en hausse de 13,1% sur un an et contre 1,98 milliard attendu par les analystes interrogés par Factset. La performance meilleure que prévu est principalement due à un gain comptable de 156 millions d’euros lié à un changement de durée d’amortissement de contrats dans l’assurance-vie aux États-Unis, a détaillé l’assureur. Le chiffre d’affaires global affiche une hausse de 6,1% à 33,2 milliards d’euros, tandis que le bénéfice opérationnel a grimpé de 5,4%, à 3,16 milliards d’euros.

Dans sa branche phare, l’assurance dommages, les ventes ont progressé de 7,3% à 13,4 milliards d’euros mais le résultat opérationnel a reculé de 5% sur un an à 1,4 milliard d’euros, car les placements financiers ont moins rapporté. Sur fond de moindres catastrophes naturelles qu’il y a un an, le ratio combiné, rapportant le montant des primes encaissées aux remboursements effectués, s’est amélioré sur les six premiers mois de l’année de 0,4 point, à 94%, la valeur ciblée sur l’année. Un assureur commence à être rentable à partir d’une valeur du ratio inférieur à 100%.

Poursuivant son offensive dans le numérique, le munichois va lancer cette année sa plate-forme en ligne “Allianz Direct” en Allemagne et aux Pays-Bas, l’Italie et l’Espagne suivant en 2020. La France, où les canaux de distribution sont particuliers, ne figure pas dans les plans, a précisé à l’AFP un porte-parole du groupe. Allianz Direct va démarrer dans l’assurance auto avant d’embrayer sur l’habitation et d’autres types de risques ultérieurement. La plate-forme devrait afficher les premières années un ratio combiné “de 100% voire plus” en raison de coûts de lancements importants, a expliqué le directeur financier du groupe, Giulio Terzariol, lors d’une conférence téléphonique.

Dans la gestion d’actifs, les fonds gérés pour compte d’autrui ont atteint la valeur record de 1.591 milliards d’euros. Le groupe piloté par Oliver Bäte a confirmé viser sur l’année un bénéfice opérationnel de 11,5 milliards d’euros, avec une marge à la hausse ou à la baisse de 500 millions en fonction des événements, crises ou catastrophes naturelles. “On finira au-dessus de 11,5 milliards si la situation reste calme”, a estimé M.Terzariol. Et ce même s’il faut selon le financier s’attendre à un Brexit qui “ne sera pas beau”, rajoutant de la volatilité sur les marchés financiers où l’assureur place ses liquidités pléthoriques.

Le ratio traduisant son matelas de fonds propres prudentiels s’est réduit à fin juin à 213%, contre 229% fin 2018, du fait des taux bas et d’une campagne de rachat d’actions. Mais il demeure bien au-delà de l’objectif de 180%. En Bourse, le titre Allianz perdait à 09H10 GMT 2,74% à 206,5 euros dans un marché chutant de 2,63%

Lire la suite ici : Résultats 2019 T2 : Bénéfice net en hausse pour Allianz (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro