taux

Assurance vie : les bancassureurs ne résistent pas à la baisse des taux en 2012

baisse, support, euros

Les contrats d’assurance vie en euros des banquiers accusent à nouveau des rendements peu attrayants pour 2012. Majoritairement en baisse par rapport à 2011, ils oscillent entre 2,80 et 3,50%, selon les établissements distributeurs.

 

Toujours à la peine dans le palmarès des rendements d’assurance vie, les bancassureurs n’ont pas inversé la tendance en 2012. Les taux restent très variables selon les banques et la composition de leurs supports sécuritaires en euros.

Baisse généralisée de 20 points par rapport à 2011

ACMN Vie, filiale du groupe Crédit Mutuel Nord Europe, a communiqué des rendements en baisse de 0,20 point des fonds en euros de ses contrats d’assurance vie. « Le choix a été fait de diminuer la rémunération de nos fonds en euros, pour s’inscrire dans la moyenne du marché et continuer à rémunérer les capitaux qui nous sont confiés largement au-dessus de l’inflation », a exposé Hervé Bouclier, le directeur général d’ACMN Vie dans un communiqué, justifiant cette décision par la nécessité de « sécuriser l’avenir des futurs rendements ». Pour l’année écoulée, ACMN Vie affiche des taux de 2,80% pour son contrat « ACMN Avenir » et de 3,00% pour « ACMN Horizon Patrimoine ». Pour sortir de cette spirale négative, son directeur incite les épargnants à opter pour des contrats multi supports. « Face à cette baisse tendancielle des rendements proposés par les fonds en euros, il est plus que jamais opportun pour nos assurés, qui souhaitent bénéficier d’un surplus de performance globale sur le moyen et le long terme, de diversifier leur capital assuré. »

De même, Sogecap voit les rendements de ses fonds en euros fondre de 0,20 point entre 2011 et 2012. « Ebene » et « Sequoia » ressortent respectivement à 3,30% en 2012 et 3,03%, contre respectivement 3,50% et 3,19% en 2011. Préférant retenir la « solidité et [l]a gestion qualitative de long terme » de son support sécuritaire en euros, la filiale assurance vie du groupe Société Générale évalue ces baisses respectives à « 15 centimes sur 1 an et 39 centimes sur 2 ans ».

Du côté de BNP Cardif, la diminution est moins sensible. La banque indique un taux de rendement moyen sur l’ensemble de ses contrats de 3,03% pour 2012, en baisse de 0,11 point par rapport à l’année précédente. Cette performance relative varie cependant en fonction des contrats de la banque. « BNP Paribas Multiplacements 2 » plafonne ainsi à 2,91%, assez loin derrière « Cardif Multiplus » et « BNP Paribas Multiplacements Privilège », respectivement à 3,20% et 3,27%. Afin de limiter une éventuelle nouvelle baisse de rendement en 2013, BNP Paribas propose pour son contrat « BNP Paribas Multiplacements 2 » une offre promotionnelle avec des frais d’entrée à taux réduit à 1,50% et un taux de rendement à 3% jusqu’en 2014, dont la souscription sur Internet ou par téléphone doit être effectuée entre le 7 et le 31 janvier 2013.

Le poids de la Grèce

Seule exception à cette hécatombe, Predica, la filiale d’assurance de personne du Crédit Agricole Assurances a « fait le choix de maintenir, voire d’augmenter, la rémunération de ses contrats d’assurance vie ». La hausse annoncée ne concerne que ses contrats de gammes intermédiaires : « Predissime 9 » pour Crédit Agricole et « Vert Equateur » pour LCL, dont les rendements 2012 atteignent tous deux 2,80% en 2012, en légère hausse de 0,10% par rapport à 2011. Ces taux demeurent inférieurs aux contrats de la gamme patrimoniale comme « Floriane » (3,20%), « Espace Liberté » (3,30%) ou « Vers l’avenir » (2,90%) pour le Crédit Agricole et « Rouge Corinthe Série 3 » (3,20%) et « Gulliver » (3%) pour LCL. Au total, Predica annonce un taux moyen 2012 pondéré des encours de 3%. Un niveau suffisant pour convaincre les épargnants ? « La performance de l’assurance vie, placement de long terme, s’évalue dans la durée. Celle-ci reste significativement supérieure au rendement de la plupart des autres produits d’épargne en France », veut croire Jérôme Grivet, le directeur général de Crédit Agricole Assurances, dans un communiqué.

Cette performance doit être largement relativisée selon le site de prescription d’assurance à destination du grand public Good Value for Money. Ce dernier pointe en effet les « fortes positions sur la Grèce » prises par Prédica en 2011. La forte dégradation de ses contrats l’année dernière, évaluée à 266 centimes de rendement par le site, lui a ainsi permis de bénéficier d’une base favorable pour le calcul de sa variation pour 2012. A titre de comparaison, en raison d’une moindre exposition, la dépréciation de la dette grecque n’aurait couté que 23 centimes de rendement à Cardif Assurance Vie et Sogécap, et « entre 33 et 55 centimes » pour les Assurances du Crédit Mutuelle, toujours selon Good Value for Money.

Rappelons que les taux communiqués sont nets de frais de gestion mais bruts de prélèvements sociaux de 15,5% assortis d’une éventuelle fiscalité, dont le taux peut varier soit en fonction de la tranche d’imposition de l’assuré, soit de la durée de détention du contrat en cas d’option pour le prélèvement forfaitaire libératoire.


Tout Sur l'Assurance-Vie

Afer : le taux 2012 du fonds garanti en euros en hausse à 3,45%

afer, taux, 2012, bekerman, boulier

Le taux de rémunération 2012 du Fonds Garanti en euros Afer de la célèbre association d’épargnants a légèrement augmenté par rapport à 2011 (3,43%). Aviva, l’assureur du contrat, a diversifié le portefeuille vers la dette émergente et le haut rendement.

Combien a rapporté le fonds en euros de l’Afer en 2012 ? « 3,45%, une surprise », a annoncé Gérard Bekerman, président de l’Association Française d’Epargne et de Retraite, mardi 15 janvier 2013. Ce taux de rendement net de frais de gestion, avant prélèvements sociaux, est supérieur de deux dixièmes à celui servi en 2011 (3,43%). Au total, ce sont 1,54 milliards d’euros de revenus bruts générés par le portefeuille de plus de 39 milliards d’euros de ce Fonds Garanti en euros. Soit environ 1.900 euros par adhérent en moyenne, déduction faite des frais, hors CSG-CRDS et autres cotisations sociales.

Diversification du portefeuille

Comment ce taux, que Gérard Bekerman qualifie de « sincère », a-t-il été obtenu ? « La performance a été naturellement constituée et non pas en piochant dans telle ou telle réserve (100% de la performance est reversée en application des statuts, NDLR) ou dans tel exercice de plus-values massives », répond Nicolas Schimel, nouveau directeur général d’Aviva France, l’assureur du contrat. Pour ce dernier, ce sont plutôt les « convictions » de Jean-François Boulier, président du directoire d’Aviva Investors France, en charge de la gestion du fonds, qui « ont payé ». Notamment les prises de positions sur les obligations du secteur financier dès 2008 et 2009.

En 2012, les équipes d’Aviva Investors ont en effet procédé à une diversification des investissements en partie hors d’Europe, notamment sur le marché de la dette des pays émergents et sur celui du high yield (obligations à haut rendement) aux Etats-Unis, en raison de surplus de rendement jugés « attractifs ». « Nous allons continuer dans cette direction car les perspectives de taux ne sont pas très favorables dans la zone euro », anticipe Jean-François Boulier faisant référence aux emprunts d’Etat allemands, jugés « beaucoup trop chers » mais aussi français. Les obligations souveraines ont touché des plus bas historiques dans le courant de l’année 2012, tombant à 1,95% pour les emprunts d’Etats français à 10 ans, et à 1,15% en Allemagne. A ce niveau, « c’est un placement qui perd en pouvoir d’achat de façon certaine », a-t-il estimé.

Protection du fonds en euros contre une remontée des taux

Afin de protéger le Fonds Garanti d’une remontée des taux et donc de l’inflation, la pondération des obligations à taux variables a augmenté, passant en un an de 24,5% à 29,2% du portefeuille obligataire. Enfin, la société de gestion indique avoir « continué de profiter des opportunités offertes par de nouvelles émissions d’entreprises du secteur privé ». Au 31 décembre 2012, celles-ci représentent 53,1% de l’actif général, dont 18,5% en dehors du secteur financier. En revanche, ce n’est pas l’ampleur de l’exposition aux marchés actions qui a dopé la performance globale. Avec un poids de 3,6%, Jean-François Boulier a convenu qu’il s’agissait d’une « part relativement modeste que nous pourrions dans le futur reconsidérer pour bénéficier de la sous-valorisation » actuelles des titres cotés en Bourse.

Info pratique > Historique du rendement du fonds garanti depuis 1977


Tout Sur l'Assurance-Vie

Mutavie (Macif) vient de fixer ses taux pour 2011 sur ses contrats en euros

Mutavie, branche assurance-vie du groupe Macif, vient de fixer les taux servis sur ses contrats et supports en euros pour l’annee 2011.
RiskAssur, le magazine des Risques et des Assurances