santé

Cercle LAB : Retour sur la 3ème réunion du club santé

Vendredi 7 juin s’est tenue la 3e réunion du Club Santé pour réfléchir la question suivante : « Comment remettre la gestion du risque au cœur des stratégies santé suite à la réforme du 100% santé ? »

Cliquer pour visualiser le diaporama.

Le club santé c’est réuni pour sa troisième réunion le 7 juin pour aborder la maîtrise du risque, après les réunions du 9 octobre sur les services innovants et celle du 14 février sur les réformes règlementaires.

Avant d’aborder la thématique du jour, les participants ont commenté l’actualité sur l’assurance santé des dernières semaines. Les ocam devront permettre aux assurés qui le souhaitent de résilier leur contrats de complémentaire santé à tout moment, après une année de détention de contrat. La résiliation à tout moment fera grimper les coûts de gestion à court terme et obligera les acteurs à améliorer leur qualité de service.

La future CMU-C contributive a également été abordée par les participants et notamment les faibles remises de gestion que la Direction de la Sécurité sociale compte verser aux organismes souhaitant distribuer l’offre.

Linda Lamouchi, directrice grands comptes, département santé & prévoyance de Mercer France, a fait une présentation sur l’impact du 100% santé sur les contrats collectifs. Elle a présenté l’impact sur le niveau de cotisations, en fonction du type de contrat. Si pour les contrats d’entrée de gamme, la hausse oscillerait entre 4 et 10%, pour les régimes haut de gamme, la cotisation évoluerait entre -1% et 2%. Les assureurs, confrontés à l’injonction du gouvernement de ne pas impacter les cotisations au titre du 100% santé, devront faire des arbitrages : réduire les garanties des contrats haut de gamme, mutualiser la hausse entre les différents régimes… Les participants ont pointé un risque de substitution si les bénéficiaires des régimes très haut de gamme n’obtiennent pas des garanties sufisamment différenciées. Les assurés risquent de souscrire des régimes moins chers et d’avoir recours à l’auto-assurance se payer des soins onéreux.

Linda Lamouchi a également présenté les services de prévention santé à destination des 70% des salariés qui ne sont pas malades. Elle a souligné l’appétence croissante des entreprises pour les services santé et le rôle central du courtier pour conseiller, analyser, quantifier l’impact, assembler des services opérés par l’assureur ou le courtier.

Linda Lamouchi a chiffré la standardisation des couvertures santé en présentant le resserrement du taux de redistribution des contrats d’entrée de gamme et haut de gamme. Face à une standardisation des couvertures, les assureurs santé peuvent personnaliser les garanties, offrir des services d’orientation dans l’offre de soins, de télémédecine ou de prévention.

Catherine Pigeon, actuaire conseil du cabinet Essentielles, a cité les multiples réformes qui ont un impact sur le métier des complémentaires santé : 100% santé, Solvabilité 2, DDA, RGPD, autant de nouvelles réglementations qui peuvent être parfois difficiles à concilier.

Comment se diversifier dans un environnement de plus en plus contraint ? Pour l’actuaire, se battre sur le tarif est une stratégie délétère à terme. Pour améliorer le résultat technique, Catherine Pigeon suggère de réduire les frais de gestion, de jouer sur la réassurance, ou encore de combattre la fraude. La fraude qui un impact d’entre 5 et 10% sur les tarifs d’assurance avec de fortes disparités par type de risque.

Catherine Pigeon a également pointé des leviers marketing très stratégiques, afin de répondre aux besoins des assurés en matière de mobilité (couverture d’assurance en France et à l’international), d’immédiateté et de simplicité.

Le défi pour les complémentaires est donc d’intégrer le 100% santé sans hausse de cotisation, avec des services, et en limitant les frais de gestion et de distribution. Pour se distinguer et offrir des offres adaptées aux besoins des assurés, les participants au club santé ont conclu que le 100% santé était une formidable impulsion pour développer des offres non responsables et/ou sur-complémentaires.

Les travaux du club santé seront synthétisés dans une publication annuelle qui sera présentée lors du MASTERCLUB du Cercle LAB du 11 au 13 septembre à Barcelone. La prochaine réunion du club santé aura lieu le 1er octobre 2019, en présence de Pierre François, directeur général de SwissLife Prévoyance et Santé et président de la commission assurance de personnes de la FFA.

Lire la suite ici : Cercle LAB : Retour sur la 3ème réunion du club santé (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

100% santé : Ce que contient le projet de circulaire

Un projet de circulaire sur la réforme du 100% santé est actuellement en cours de discussion entre la direction de la Sécurité sociale et les organismes complémentaires.

Le projet de circulaire « relative aux contrats d’assurance maladie complémentaire bénéficiant d’aides fiscales et sociales » apporte des précisions sur la mise en place de la réforme du 100% santé en optique, audio et dentaire. Le texte doit remplacer la circulaire du 30 janvier 2015 du même nom. Elle détaille les nouvelles obligations des contrats responsables (voir le détail dans les annexes du projet du circulaire ci-dessous), le contenu du nouveau panier de soins et les modalités d’entrée en vigueur de la réforme.

Un des points de discorde entre la DSS et les complémentaires concerne la périodicité de renouvellement des équipements : tous les deux ans pour les lunettes et tous les quatre ans pour les audioprothèses. La première interrogation concerne la date à retenir. Les complémentaires se demandent également comment elles vont pouvoir vérifier que l’assuré n’a pas été appareillé pendant cette période, car selon le projet de circulaire, la complémentaire devra prendre en compte les quatre années antérieures à l’entrée en vigueur du 100% santé. « L’appréciation des périodes susmentionnées se fait à partir du dernier remboursement d’optique médicale effectué par l’assurance maladie obligatoire », indique l’ordonnance sur l’optique. Pour l’instant, les complémentaires n’ont pas accès à cette information.

Une période de tolérance d’un an sur les accords collectifs

Concernant le calendrier, les contrats devront intégrer le 100% en optique et une partie des prothèses dentaires au 1er janvier 2020. La Direction de la Sécurité sociale a confirmé fin 2018 dans un courrier envoyé au président du Ctip que l’administration sera tolérante envers les accords des régimes collectifs si les contrats en tant que tels sont conformes. La circulaire précise que cette période de tolérance se terminera le 31 décembre 2020. « Afin de tenir compte des délais inhérents au processus de négociation collective, à titre transitoire et jusqu’au 31 décembre 2020, le bénéfice des dispositions mentionnées au premier alinéa de l’article L. 871-1 du code de la sécurité sociale n’est pas remis en cause si la convention, l’accord collectif ou l’accord référendaire n’est pas conforme au cahier des charges du contrat responsable tel qu’en vigueur pour l’année 2020, dans la mesure où le contrat collectif souscrit par l’entreprise est conforme à ce cahier des charges », indique le texte.

Les complémentaires veulent plus de temps pour les DUE

Les régimes de santé collectifs mis en place par une déclaration unilatérale de l’employeur devront être conformes au nouveau cahier des charges du contrat responsable au 1er janvier 2020, selon la version actuelle du texte en cours de discussion. Les organismes complémentaires demandent d’élargir la période de tolérance sur la mise en conformité des DUE.

Projet de circulaire sur le 100% santé publié par NaPro

Lire la suite ici : 100% santé : Ce que contient le projet de circulaire (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Santé : Le décret sur la hausse de la participation forfaitaire est publié

L’Assurance maladie remboursera 6 euros de moins à partir du 1er janvier 2019 pour certains actes médicaux coûteux, pour lesquels la “participation forfaitaire” de l’assuré passera de 18 à 24 euros, selon un décret paru le 28 décembre au Journal officiel.

Ce décret “revalorise le montant de la participation de l’assuré” pour certains actes, en particulier ceux “dont le tarif est égal ou supérieur à 120 euros” – sauf pour les personnes exonérées (invalides, femmes enceintes, malades chroniques…).

Selon le gouvernement, ce déremboursement partiel vise à “mettre en cohérence” la prise en charge par l’Assurance maladie avec un autre décret de 2011, qui avait relevé le seuil d’application de la “participation forfaitaire” de 91 euros à 120 euros.

Le coût de cette nouvelle mesure est estimé à 40 millions d’euros par an, d’après les complémentaires santé (mutuelles, assurances, institutions de prévoyance), qui remboursent cette “participation” dans la très grande majorité des cas.

Le président de la Mutualité française, Thierry Beaudet, avait dénoncé en septembre une mesure “injuste“, pouvant entraîner une hausse des cotisations versées par les assurés.

Le décret crée par ailleurs de nouveaux remboursements à 100%, notamment pour les examens de santé obligatoires des enfants de moins de 6 ans et pour les honoraires perçus par les pharmaciens sur les “médicaments particulièrement coûteux et irremplaçables“.

A partir du 1er juin, la consultation “de prévention des cancers du sein et du col de l’utérus” pour les femmes de 25 ans sera aussi intégralement remboursée.

Lire la suite ici : Santé : Le décret sur la hausse de la participation forfaitaire est publié (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

100% Santé : Agnès Buzyn « salue les efforts des assureurs »

La ministre des Solidarités a réagi à la position de place prise par la FFA, la FNMF et le CTIP sur le 100% Santé. Elle « salue les premiers efforts des assureurs complémentaires en faveur du pouvoir d’achat des Français en 2019 ».

Les communications sur le 100% Santé s’enchaînent depuis la convocation des assureurs au ministère de la Santé, puis à l’Élysée mardi 18 décembre. Agnès Buzyn, puis Emmanuel Macron avaient appelé les représentants des organismes complémentaires a ne pas augmenter les cotisations au-delà de l’évolution naturelle et de réduire leur frais de gestion pour absorber les effets du 100% Santé.

Message reçu puisque jeudi, la FFA, la FNMF ont annoncé des mesures sur les tarifs et proposé d’accélérer la mise en oeuvre du 100% Santé. Deux communications distinctes qui ont été suivies ce vendredi d’une communication de place conjointe avec le CTIP reprenant notamment les éléments précités.

Dans la foulée, le ministère des Solidarités et de la Santé a réagi. Dans un communiqué, Agnès Buzyn « a salué l’effort annoncé par les organismes complémentaires lors de cette réunion : il permettra de neutraliser, par un reversement aux personnes concernées, la hausse des tarifs prévue en 2019 pour les contrats de base dits ‘contrats au ticket modérateur’ […] L’effort financier supplémentaire consenti par le secteur est évalué à 70 M€ ».

Elle a par ailleurs donné rendez-vous aux Ocam en janvier 2019 pour travailler sur la transparence des frais de gestion et leur réduction pluriannuelle.

Lire la suite ici : 100% Santé : Agnès Buzyn « salue les efforts des assureurs » (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Frais de Santé : Des coûts en hausse pour 2019

STORY / INFOGRAPHIE – Selon le courtier Willis Towers Watson, les frais de santé devraient connaître une nouvelle hausse pour l’année 2019, et ce partout dans le monde. News Assurances Pro fait le point en vidéo sur la progression des coûts à travers les différents continents.

Les coûts des prestations de santé devraient augmenter significativement dans le monde en 2019, selon la dernière enquête réalisée par Willis Towers Watson. Ainsi, le courtier table sur une inflation de 7,6% du coût des soins de santé pour l’année prochaine, soit un taux en légèrement augmentation par rapport à 2018 (7,1%).

Comme indiqué dans le tableau ci-dessous, les plus faibles progressions sont attendues en Europe, avec 5% d’augmentation en moyenne, tandis que les plus fortes sont prévues au Moyen-Orient et en Afrique, où les coûts devraient augmenter de 12,4%.

Alors que le courtier prévoit une flambée du prix des médicaments comme facteur important au cours des cinq prochaines années, News Assurances Pro fait le point en vidéo.

Lire la suite ici : Frais de Santé : Des coûts en hausse pour 2019 (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro