réassurance

Réassurance : la baisse des prix devrait se poursuivre, selon Standard & Poor’s

La course à la taille des réassureurs devrait s’intensifier en 2015.

Voilà des perspectives guère réjouissantes pour la réassurance. Selon l’agence de notation Standard & Poor’s, « la tendance à la baisse des prix devrait se poursuivre » dans le secteur, évoquant un marché « soft ». L’analyse de l’agence s’appuie notamment sur les campagnes de renouvellements des contrats de janvier publiées ces derniers jours par les acteurs du marché.

La rentabilité des réassureurs menacée

Le premier réassureur mondial, Munich Re, qui renouvelait un peu plus de la moitié de ses contrats de réassurance non vie au 1er janvier 2015, a enregistré des prix en recul de 1,3%. De son côté, Scor subit une légère inflexion des tarifs sur l’ensemble du portefeuille, de l’ordre de 0,7%, alors même que 70% de ses primes annuelles en traités ayant été remises sur le marché, le réassureur français était parvenu à augmenter ce volume de 2,4% à taux de change constants, à 2,7 Md€.

Et la tendance ne devrait pas s’améliorer dans les prochains mois, ayant pour effet de peser sur la rentabilité des réassureurs, estime Standard & Poor’s pour qui « la diversification des offres et la taille continueront d’être des facteurs de différenciation pertinents pour les réassureurs. »

Accélération des rapprochements

Face à ce constat, « les réassureurs ont analysé l’avenir et en ont déduit qu’il exigeait une taille supérieure », relève l’agence de notation. Cette prophétie auto-réalisatrice est déjà à l’œuvre dans le secteur à l’image des grandes manœuvres en cours.

XL Group a annoncé le 9 janvier dernier le rachat pour 4,1 Md$ de son homologue Catlin. Le nouvel ensemble sera doté de 10 Md$ de primes. De même, fin janvier, les deux réassureurs bermudiens, Axis Capital Holdings et PartnerRe, ont accepté un rapprochement pour un montant de 11 Md$ (9,8 Md€) pour créer l’un des principaux réassureurs mondiaux. L’entité nouvelle afficherait des primes brutes de plus de 10 Md$ (7 Md$ dans la réassurance, 2,5 Md$ pour des lignes d’assurance spécialisée et 1,5 Md$ pour l’assurance vie, accident et santé), une capitalisation boursière proche de 14 Md$ et des actifs de l’ordre de 33 Md$ . De quoi ravir à Scor la cinquième place mondiale dans la réassurance.

Dans cet environnement, l’agence maintient sa perspective « négative » sur le secteur de la réassurance en 2015.


L’Argus de l’Assurance – Acteurs

Réassurance : Les cédantes changent les rapports avec les réassureurs en France

RVS-Monaco-2012-reassurance-rendez-vous-septembre

Dans une marché en surcapacités, les cédantes se montrent plus exigeantes dans leurs achats. Elles ont gardé plus de risques cette année, mais restent sensibles aux services, à l’expertise et à la taille des réassureurs. 1ère partie

Après Generali en 2013, Allianz a centralisé cette année ses opérations d’achat de réassurance depuis son siège social. Ces deux retraits, accompagnés du non renouvellement de certains gros traités, a pesé sur le marché local français, réduisant la matière à traiter. Pourtant le climat des affaires reste très favorable aux cédantes.

D’une part, elles ne rencontrent pas de problèmes à trouver des capacités, rappelle François Vilnet, président de l’Apref. D’autre part, les tarifs sont encore attendus à la baisse en 2015, pronostique l’agence de notation Fitch Ratings.

Le marché n’a jamais été aussi favorables aux cédantes. Tous les ans, les renouvellements s’accompagnent de baisse des tarifs”, constate Philippe Renault, PDG France du courtier en réassurance Guy Carpenter (Marsh & McLennan). Et sans événement exceptionnel, d’ampleur mondiale, cette tendance devrait se poursuivre.

Les mutuelles aussi profitent de conditions de prix qui évoluent favorablement. “Les marges en direct se rétrécissent un peu, et les cédantes font baisser les frais de réassurance grâce à une concurrence accrue. Mais à la différence du marché dommages, celui de la santé et prévoyance est beaucoup moins cyclique”, souligne Didier Legrand, directeur général de MutRé.

Dans ce contexte, les cédantes se montrent actuellement “plus réfléchies dans leurs achats. Elles se posent plus de questions que dans le passé”, observe Philippe Renault, chez Guy Carpenter. En outre, les besoins des assureurs comme des mutuelles sont moins importants. “Ces dernières années, les cédantes ont fait plus de rétention. Elles ont plus utilisé leurs fonds propres grâce à des situations financières saines”, ajoute le courtier.

C’est le cas par exemple d’Axa qui a relevé son niveau de rétention, après réexamen de ses risques. “L’année dernière, nous sommes passés de 100M à 500M d’euros de rétention sur le programme cat’nat’ monde“, affirme Philippe Derieux, PDG adjoint P&C.
Les mutuelles sont aussi concernées. “Sous l’effet du regroupement d’acteurs de tailles moyennes avec de plus gros, on remarque une tendance à la rétention”, déclare Didier Legrand chez MutRé.

Suite le jeudi 11 septembre 2014


News Assurances Pro

Réassurance : Fitch Ratings relève les perspectives de Scor et Swiss Re

Fitch RatingsRéassurance : Fitch Ratings relève les perspectives de Scor et Swiss Re

L’agence de notation Fitch Ratings annonce le relèvement des perspectives de “stables” à “positives” des notes de Scor et de Swiss Re à moyen terme.

Après des annonces de résultats semestriels qui montraient une évolution positive des bilans des réassureurs Scor et Swiss Re, l’agence de notation Fitch Ratings fait savoir qu’elle relève les perspectives de notes de “stable” à “positive“.

Selon l’agence, Scor bénéficie d’une bonne solidité financière. Fitch met également en avant “l’amélioration de la rentabilité” du réassureur français et la diversification de ses activités et de ses risques. Le choix stratégique opéré par Scor plaît à l’agence qui relève la perspective de note à “positive“. Scor est actuellement noté “A+” par l’agence.

Swiss Re est également noté “A+” par Fitch. Parce qu’il conserve sa position dominante (numéro 2 mondial) sur le secteur de la réassurance, et parce qu’il a su diversifier ses risques et obtenir ainsi une forte résilience, notamment face aux tensions tarifaires, le réassureur suisse voit lui aussi sa perspective évoluer de “stable” à “positive”.

L’agence s’attend à une croissance des revenus du groupe sur les deux prochaines années, à la fois sur la réassurance de biens et de responsabilités et sur la réassurance de personne, qui pourrait entraîner une évolution favorable de la note globale.


News Assurances Pro

Réassurance : Axa France signe avec Hanover Re un traité sur la longévité

Réassurance : Axa France signe avec Hanover Re un traité sur la longévité

L’assureur Axa France annonce la signature d’un traité de réassurance portant sur un risque longévité d’une valeur de 750M d’euros avec Hanover Re.

Axa France a signé un “swap” de longévité avec le réassureur Hanover Re portant sur une valeur d’engagements de 750M d’euros a annoncé l’assureur français dans un communiqué.

Le principe du traité est de couvrir Axa France en cas de surcoût éventuel lié à l’allongement de la durée de vie de quelques 22.000 clients de l’entité Axa Epargne Retraite Entreprise.

Cette activité porte sur l’épargne retraite en entreprise en France mais également à l’international. Axa France estime être le leader de ce marché avec 20% de parts “en termes d’encours de provisions” selon le communiqué.

Pour Nicolas Moreau, PDG d’Axa France cité dans le texte, la compagnie est la première “en France à transférer de tels engagements”. Cette “innovation” permet de sécuriser “une part importante [des] engagements associés à la longévité grâce à la réassurance” affirme Nicolas Moreau.


News Assurances Pro

Colloque de l’Ajar – l’Association des juristes d’assurance et de réassurance

FFSA.fr – Tous les contenus