pour

Résultat 2018 T3 : Légère hausse du chiffre d’affaires pour Axa

L’assureur français Axa a vu son chiffre d’affaires légèrement augmenter sur les neuf premiers mois de l’année, tiré notamment par une bonne dynamique commerciale en Europe.

Les revenus du groupe ont progressé de 0,6% sur un an à 75,8 milliards d’euros en données publiées, cette hausse s’établissant à 3,6% en données comparables, en raison d’un effet de changes lié aux activités du groupe, notamment aux États-Unis et en Asie.

Dans le détail, l’assureur a bénéficié d’une hausse des ventes en Europe, plus particulièrement en Espagne (+5%) et en Italie (+20%), où les ventes de produits d’épargne et prévoyance bondissent grâce à un partenariat avec la banque italienne Banco Monte dei Paschi de Siena (BMPS).

En France, la croissance des revenus est également notable (+6% à 18,9 milliards d’euros), tirée par la branche vie, épargne retraite et l’assurance santé. En revanche, l’assurance dommages accuse un recul des ventes auprès des particuliers et reste stable sur les entreprises. Depuis le début de l’année, l’assureur a accentué sa stratégie sur le
continent américain notamment avec le rachat du réassureur bermudien XL pour 12 milliards d’euros, finalisé le 12 septembre dernier.

Cette acquisition influe sur la période sur le ratio de solvabilité de l’assureur qui tombe à 195% contre 233% à fin juin. Les activités de cette nouvelle entité, nommée Axa XL, sont consolidées à partir du 1er octobre, a indiqué Gérald Harlin, directeur général adjoint et
directeur financier du groupe, lors d’une conférence téléphonique. Avec pour conséquence l’intégration des coûts associés à l’ouragan Michael, survenu en octobre aux États-Unis, évalués à 200 millions d’euros avant impôts et net de réassurance.

“Ceci est environ le double du niveau de charges lié aux catastrophes naturelles habituellement observé au cours d’un quatrième trimestre”, indique l’assureur dans un communiqué, toutefois son impact sera “non matériel à l’échelle du groupe Axa”. En gestion d’actifs, Axa IM affiche entre janvier et septembre une décollecte nette de 5 milliards d’euros ainsi qu’une décollecte nette de 7 milliards d’euros dans sa filiale Alliance Bernstein.

Lire la suite ici : Résultat 2018 T3 : Légère hausse du chiffre d’affaires pour Axa (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Nomination : Une nouvelle directrice générale pour Axa Espagne

Axa annonce la nomination d’Olga Sánchez comme nouvelle directrice générale d’Axa Espagne. Elle prendra ses fonctions au 1er avril 2019 pour succéder au français Jean-Paul Rignault qui prendra sa retraite.

Le groupe Axa vient de nommer Olga Sánchez, actuelle directrice financière d’Axa Espagne, comme nouvelle directrice générale de l’entité espagnole. Elle prendra ses fonctions à compter du 1er avril 2019 et succédera au Français Jean-Paul Rignault, qui fera valoir ses droits à la retraite après plus de 35 ans de carrière au sein du groupe. « Afin de garantir une transition en douceur, Olga Sánchez sera nommée directrice générale adjointe à compter du 1er janvier 2019 et restera directrice financière pendant la période de transition », précise l’assureur dans un communiqué. Par ailleurs elle devient membre du comité des partenaires du groupe Axa.

Actuaire, diplômée de l’Université de Madrid, Olga Sánchez est entrée chez Axa Seguros il y a 14 ans et a effectué l’ensemble de sa carrière au sein de l’entité espagnole dont elle est membre du conseil d’administration et du comité exécutif depuis janvier 2016.

Lire la suite ici : Nomination : Une nouvelle directrice générale pour Axa Espagne (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Tarifs, tiers-payant… : ce qui change pour l’assurance en 2017

L’année 2017 devrait être synonyme d’augmentation pour les assurés : hausse des tarifs d’assurance auto, habitation et santé, relèvement de la taxe terrorisme, … Le point sur ce qui va changer en 2017 dans l’assurance.

ce qui va changer en 2017 dans l'assurance

 

1.Hausse en vue des tarifs d’assurance
2.Augmentation de la taxe terrorisme
3.Entrée en vigueur du tiers-payant
4.Loi justice : le défaut d’assurance auto davantage surveillé

 

• Hausse en vue des tarifs d’assurance

Selon une compilation réalisée par le quotidien Les Echos, les tarifs des contrats d’assurance auto, multirisques habitation (MRH) et santé devraient très certainement augmenter en 2017. Ainsi, la hausse des primes d’assurance auto devrait être comprise entre 0,5 et 2,5%, entre 1 et 4% pour l’assurance multirisques habitation et de 2 à 4% pour les mutuelles santé.

En cause, une augmentation des intempéries cette année conjuguée à une mauvaise définition du risque par les assureurs (zones inondables non identifiées) qui ont dû mettre la main à la poche pour indemniser leurs assurés concernant l’assurance habitation. En auto, les assureurs pointent essentiellement la hausse continue ces dernières années du prix des pièces détachées (+2% en 2016) qui fait de facto croître le coût de la réparation. Côté santé, les professionnels soulignent la hausse continue des dépenses de santé, évoquant notamment l’augmentation du prix de la consultation chez un médecin généraliste de 23 à 25 euros au 1er mai 2017. Par ailleurs, les assureurs doivent compenser la perte de rentabilité occasionnée par la généralisation de la complémentaire santé dans les entreprises du privé au 1er janvier 2016, les contrats collectifs étant moins rentables que les contrats individuels.

Enfin, dernier argument mis en avant par les compagnies d’assurance : la loi Hamon. Comme celle-ci donne la possibilité de résilier plus facilement ses assurances auto et habitation, les assureurs ont jusqu’ici gelé leurs tarifs mais ne peuvent plus se le permettre aujourd’hui par un effet mécanique.

• Augmentation de la taxe terrorisme

C’est une cause indirecte de l’augmentation des tarifs des contrats d’assurance de biens. Plus clairement, la « taxe terrorisme » est prélevée sur chaque contrat d’assurance auto ou encore habitation. Or, fixée actuellement à 4,30 euros, elle va être relevée de 1,60 euros à 5,90 euros au 1er janvier 2017. Un nouveau coup pour le portefeuille des ménages. Pour rappel, cette taxe sert à financer le Fonds de garantie des victimes des actes de terrorisme et d’autres infractions (FGTI) qui indemnise les victimes du terrorisme et d’infractions pénales ainsi que leurs proches. Son principal financement provient de la « taxe terrorisme » puisque ce Fonds ne reçoit pas de dotation budgétaire de l’Etat.

• Entrée en vigueur du tiers-payant

L’année 2017 verra également la généralisation du tiers-payant pour tous les assurés français. Au 30 novembre 2017, lorsqu’un patient consultera son médecin généraliste, il n’aura plus aucun frais à avancer grâce au tiers-payant sur la part obligatoire prise en charge par la Sécurité sociale. Mais attention, les assurés devront toujours avancer la part remboursée par leur mutuelle santé (s’ils en possèdent une), cette partie de la mesure ayant été censurée par le Conseil constitutionnel. Dans les faits, c’est le principe qui s’applique déjà dans les pharmacies et les laboratoires.

Concrètement, lorsque votre consultez votre généraliste, vous payez 23 euros. La Sécurité sociale vous en rembourse 15,10 euros et votre complémentaire santé prend en charge le reste (6,90 euros). Seule une franchise d’un euro demeure quoi qu’il arrive à votre charge. Avec le tiers-payant généralisé tel qu’inscrit à la base dans la loi, vous n’auriez plus eu aucun frais à avancer sans la censure du Conseil constitutionnel.

A compter du 30 novembre 2017, sur les 23 euros que coûte une consultation, vous ne paierez donc plus à votre médecin que les 6,90 euros (soit la partie remboursée par la mutuelle), le tiers-payant jouant sur la partie remboursée par la Sécu, soit les 15,10 euros.

Le choix de pratiquer ou non le tiers-payant sur la partie complémentaire santé sera laissé aux médecins.

Loi justice : le défaut d’assurance auto davantage surveillé

La loi de modernisation de la Justice du XXIème siècle transforme en amende la conduite sans assurance auto (article 35). Actuellement, conduire sans assurance auto est constitutive d’un délit et passible d’une amende de 3.750 euros assortie d’une suspension de permis de 3 ans.

Désormais, la conduite sans assurance sera automatiquement sanctionnée par une amende de 800 euros et ne sera plus considérée comme un délit, sauf cas de récidive. Cette amende sera délivrée plus rapidement qu’aujourd’hui et sera surtout plus élevée que le montant moyen de celles délivrées jusqu’ici.

Il faut savoir que le conducteur est responsable des dommages (corporels et matériels) qu’il pourrait causer à autrui, c’est ce que l’on appelle la responsabilité civile. Or sans assurance pour indemniser ces dégâts, c’est au Fonds de garantie de rembourser les victimes, d’où l’obligation créée par la loi de s’assurer à minima en responsabilité civile auto. Pourtant, le nombre d’automobilistes sans assurance ne cesse de croître au fil des ans (+1,09% en 2015).

Autre disposition inscrite dans la loi Justice, la création d’un fichier recensant les véhicules assurés. L’idée est là encore de lutter contre les défauts d’assurance. En parallèle, un second fichier « des véhicules susceptibles de ne pas satisfaire à l’obligation d’assurance » sera mis en place.

Aucune date précise d’entrée en vigueur n’a été fixée par la loi. Toutefois, il est indiqué dans le texte qu’un « décret en Conseil d’état fixe les modalités d’application et les dates de l’entrée en vigueur du présent article, qui intervient au plus tard le 31 décembre 2018 ».

Les contrats santé seniors, aux oubliettes ?

Le projet de loi de financement de la Sécurité sociale (PLFSS) 2016 prévoit la labellisation de contrats de complémentaires santé à destination des seniors et retraités de 65 ans et plus. Or, les décrets d’application sont toujours en attente : des ébauches de textes ont filtré sans aboutir à une publication au Journal Officiel. Autrement dit, avec l’arrivée de l’élection présidentielle en avril-mai 2017, il est fort probable qu’ils ne le soient jamais et que la mesure finisse aux oubliettes.

 


Tout Sur L Assurance

Nomination : Changement de directeur général pour Vyv

Le groupe Vyv va changer de directeur général. François Venturini sera remplacé par Stéphane Dedeyan.

François Venturini laissera les clés du groupe Vyv à Stéphane Dedeyan, ancien directeur général délégué de Generali France, selon un communiqué de presse, confirmant une information révélée par la Lettre de l’Assurance. La passation devrait s’effectuer entre octobre, date d’arrivée de Stéphane Dedeyan comme directeur général délégué et fin janvier prochain.

Âgé de 52 ans, Stephane Dedeyan, diplômé de HEC et de l’Institut des actuaires français, avait quitté ses fonctions chez Generali France en septembre 2017, quelques mois après le départ d’Eric Lombard. Il avait rejoint l’assureur italien en 1999, d’abord comme inspecteur des risques professionnels au sein de GPA, avant d’en devenir le directeur général délégué en 2013.

Lire la suite ici : Nomination : Changement de directeur général pour Vyv (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Résultats 2018 S1 : Bénéfice net en hausse pour Swiss Life

L’assureur suisse Swiss Life a poursuivi sur sa lancée au premier semestre, publiant mardi des chiffres en hausse grâce aux recettes issues des frais et commissions, et a annoncé la nomination d’un nouveau directeur financier.

Sur la période allant de janvier à fin juin, son bénéfice s’est accru de 7% à 561 millions de francs suisses (496 millions d’euros) tandis que son bénéfice d’exploitation a progressé de 6% à 801 millions de francs suisses, a-t-il indiqué dans un communiqué. Les recettes retirées des primes ont augmenté de 4% en monnaie locale, à 10,7 milliards de francs, sous l’impulsion de la Suisse et de la France, son plus gros marché à l’étranger.

Le produit des placements s’est lui établi à 2,2 milliards de francs suisses, dégageant un rendement direct (non annualisé) stable de 1,5%, a détaillé l’assureur zurichois. “Swiss Life est parvenue à maintenir son évolution positive au premier semestre 2018”, a déclaré Patrick Frost, son directeur général, cité dans la communiqué, qui s’est dit satisfait de la progression des frais et commissions.

Alors que les assureurs évoluent dans un environnement difficile face à la pression des taux d’intérêt bas, Swiss Life avait fait le choix de se recentrer sur ses activités les plus rentables, en mettant en particulier l’accent sur les revenus issus des frais et commissions. “Swiss Life a publié des résultats très solides pour le premier semestre 2018”, a réagi Stefan Schuermann, analyste chez Vontobel, dans un commentaire boursier, soulignant que ces résultats montraient notamment l’attrait de la bonne diversification de ses sources de revenus.

Lors de la publication de ses résultats, le groupe a annoncé la nomination de Matthias Aellig, l’actuel chef de la gestion des risques, âgé de 47 ans, à la direction des finances. Il va reprendre le flambeau auprès de Thomas Buess (61 ans) qui a décidé après 10 au sein du groupe de mettre à profit son expérience sans toutefois assumer de fonctions exécutives, a expliqué Swiss Life.

Lire la suite ici : Résultats 2018 S1 : Bénéfice net en hausse pour Swiss Life (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro