l’assurance

L’assurance vie est elle encore un placement rentable ?

L’assurance-vie reste le placement préféré devant le livret A et le plan épargne logement. Cependant, les rendement ne cessent de baisser, donc cela vaut-il encore le coup ?

Son mécanisme

Ce placement est directement indexé sur les taux d’intérêts qui baissent inexorablement depuis plus de 10 ans. Ainsi le « rendement des fonds en euros », formule généralement proposée par l’assurance-vie, suit la tendance.

Rendement moyen des fonds en Euros depuis 10 ans

D’un point de vue financier, les indicateurs restent défavorables. La dernière crise économique a demandé énormément d’injections de liquidités, mais sans inflation cela implique cette baisse forcée des taux d’intérêts.

Vers qui s’orienter ?

Du coté des assureur on constate cependant des disparités avec les différents acteurs du marché, avec des taux variants entre 1 et 3%.
Les rendements les plus faibles étant surtout proposés par les banques et les assurances. Les rendements les plus intéressants sont proposés par les mutuelles.

Comment l’expliquer ?

Généralement les professionnels mettent en réserve le rendement, pensant qu’il pourront l’augmenter a posteriori, contrairement aux contrats dits « associatifs » des mutuelles qui redistribuent directement les bénéfices, et ainsi garantissent le rendement sur le court-terme. Cependant car les frais sont alors plus importants, cela est dû à une gestion de contrat moins optimale.
Les établissement bancaires peuvent fournir des produits à faible rendement car leur clientèle ne cherche pas forcément l’optimisation.
Avec les mutuelles le client demande plus de visibilité et une meilleure distribution des intérêts.

JF, expert assurance

Les banques ont généralement tendance à ventiler les rendements comme elles le souhaitent. Même si les placements liés à l’assurance-vie ont plus rapporté, elles ne vont pas forcément redistribuer les bénéfices aux contrats d’assurance-vie, mais les répartir sur tous ses produits financiers.

En conclusion

D’un manière simple, ce placement permet d’avoir une garantie en capital, et de pouvoir le récupérer son investissement à tout moment. C’est aujourd’hui un avantage dans une situation économique parfois instable. Ce coût élevé est la sécurité que l’on recherche en tant qu’épargnant.

Le guide pratique de l'assurance

L’assurance vie est elle encore un placement rentable ?

L’assurance-vie reste le placement privilégié devant le livret A et le plan épargne logement. Cependant, les rendement ne cessent de baisser, donc cela vaut-il encore le coup ?

Ce placement est directement indexé sur les taux d’intérêts, or ces derniers baissent inexorablement depuis plus de 10 ans. Ainsi le « rendement des fonds en euros », formule généralement proposée par l’assurance-vie, suit la tendance.

Rendement moyen des fonds en Euros depuis 10 ans

D’un point de vue financier, les indicateurs restent défavorables. La dernière crise économique a demandé énormément d’injections de liquidités, mais sans inflation cela implique cette baisse forcée des taux d’intérêts.

Du coté des assureur on constate cependant des disparités avec les différents acteurs du marché, avec des taux variants entre 1 et 3%.
Les rendements les plus faibles étant surtout proposés par les banques et les assurances. Les rendements les plus intéressants sont proposés par les mutuelles.

Comment l’expliquer ?

Généralement les professionnels mettent en réserve le rendement, pensant qu’il pourront l’augmenter a posteriori, contrairement aux contrats dits « associatifs » des mutuelles qui redistribuent directement les bénéfices, et ainsi garantissent le rendement sur le court-terme. Cependant car les frais sont alors plus importants, mais il s’agit surtout d’une question de gestion de contrat.
Les établissement bancaires fournissent des produits à faible rendement car leur clientèle ne cherche pas forcément l’optimisation.
Avec les mutuelles le client demande donc plus de visibilité et une meilleure distribution des intérêts.

JF, expert assurance

Les banques ont généralement tendance à ventiler les rendements comme elles le souhaitent. Même si les placements liés à l’assurance-vie aura plus rapporté, elles ne vont pas forcément redistribuer les bénéfices aux contrats d’assurance-vie, mais les répartir sur tous ses produits financiers.

Cela permet d’avoir une garantie en capital, de pouvoir le récupérer son investissement à tout moment. C’est aujourd’hui un avantage dans une situation économique parfois instable. Ce coût élevé est la sécurité que l’on recherche en tant qu’épargnant.

Le guide pratique de l'assurance

Story : Les perspectives 2020/2021 de l’assurance mondiale

STORY – Le Swiss Re Institute (SRI) a livré ses perspectives pour le secteur de l’assurance dans le monde à horizon 2020/2021. Portées par l’Asie, les primes devraient continuer d’augmenter. Découvrez les principaux enseignements de l’étude dans notre story.

Lire la suite ici : Story : Les perspectives 2020/2021 de l’assurance mondiale (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Résultats 2019 S1 : Les investissements et l’assurance tirent l’activité d’AIG

L’assureur américain AIG a dépassé les attentes des analystes au deuxième trimestre 2019 grâce à ses activités d’assurance et ses investissements, ce qui stimulait le prix de son titre à Wall Street mercredi.

L’entreprise a enregistré un bénéfice net ajusté après impôts de 1,1 milliard de dollars, contre 937 millions l’année précédente. Le bénéfice par action, référence en Amérique du Nord, est ressorti à 1,43 dollar soit très largement au-dessus des attentes qui étaient de 1,15, selon un communiqué.

Dans l’assurance générale (privée et commerciale), AIG a engrangé un bénéfice de 147 millions de dollars contre une perte de 83 millions de dollars un an plus tôt. En revanche l’Amérique du nord a tiré ce résultat vers le bas avec une perte de 5 millions de dollars contre un trou de 127 millions un an plus tôt.

Mais le PDG, Brian Duperreault, qui a pris la tête de l’entreprise au printemps 2017 et a lancé une gigantesque restructuration pour redonner à l’assureur son lustre d’antan, a souligné dans le communiqué que ce bénéfice était le deuxième en autant de trimestres et il assuré que le groupe “restait sur les rails pour afficher un profit sur l’ensemble de l’exercice” dans ce segment.

Les résultats dans le segment assurance-vie et retraites se sont aussi améliorés par rapport au second trimestre de l’année dernière avec un bénéfice avant impôts un peu supérieur à 1 milliard de dollars et le portefeuille d’investissements a lui aussi apporté une contribution positive au résultat.

Dix ans après la crise financière qui a failli l’emporter, AIG n’est plus le mastodonte qu’il était avant 2008. En 2017, le groupe a perdu sa couronne de premier groupe d’assurance américain par capitalisation boursière, titre revenant désormais à Chubb, mais le PDG a encore mercredi réaffirmé son intention de reprendre la première place.

Lire la suite ici : Résultats 2019 S1 : Les investissements et l’assurance tirent l’activité d’AIG (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro

Découvrez le palmarès de la Dream Team de l’assurance 2019

Cliquer pour visualiser le diaporama.

[REPLAY/DIAPORAMA] Mardi 25 juin, au Onze, News Assurances Pro, en partenariat avec SPVie Assurances, dévoilait le premier palmarès de la Dream Team de l’assurance. Découvrez les personnalités qui composent le comex de rêve, élu par nos lecteurs.

Qui intègrerait le comex de rêve si vous deviez vous-même le composer ? Nous avons posé cette question aux lecteurs de News Assurances Pro à l’occasion du concours Dream Team organisé en partenariat avec SPVie Assurances. Dans un premier temps, il devait livrer des noms pour chacun des 11 postes clés d’une compagnie, mutuelle, GPS ou cabinet de courtage.

550 noms ont ainsi proposés pendant cette première phase du jeu. Seuls les 6 les plus cités pour chaque fonction étaient retenus ouvrant la 2e mi-temps du concours durant laquelle les internautes devaient composer leur équipe de rêve avec les 66 noms qui leur étaient soumis.

Près de 2.000 grilles pour 20.000 votes ont été comptabilisées lors de cette phase de jeu. Après deux mois, les noms des personnalités plébiscitées pour chacun des postes étaient dévoilés mardi 25 juin à l’occasion d’une grande soirée organisée au Onze.

Découvrez sa composition dans la photo ci-dessous.

Dream Team 2019

  • CEO : Thomas Saunier (Malakoff Médéric Humanis)
  • Directrice financière et/ou DAF : Maud Petit (Covéa)
  • DRH : Claire Silva (AG2R La Mondiale)
  • Directeur technique et/ou produit : Eric Delafosse (AG2R La Mondiale)
  • Directrice marketing et relation client : Nelly Brossard (La Mutuelle des Motards)
  • Directrice de la communication : Isabelle Caminade (Chubb)
  • Directrice indemnisation : Mariane Blanchi-Chevalier (Siaci Saint Honoré)
  • Directeur de la confomité : Ludovic Daugeron (CSCA)
  • CDP/DSI : Romain Liberge (Maif)
  • Agent général/courtier : Nathalie Keskin (Allianz France)
  • Directrice de la distribution : Blandine Chaghal (Aviva France)

Revivez l’intégralité de la soirée dans notre vidéo ci-dessous. Vous pouvez accéder aux parties de la soirée qui vous intéressent en utilisant la barre de menu située sur la partie gauche de la vidéo.

Lire la suite ici : Découvrez le palmarès de la Dream Team de l’assurance 2019 (source : News Assurances Pro – Media Indépendant des assureurs, mutuelles et institutions de prévoyance)

News Assurances Pro