directeur

Diaporama : Henri Martinez, directeur général d’Adéis


LUC PERENOM

Si l’environnement concurrentiel évolue suite à la censure des clauses de désignation en 2013, le rôle des branches professionnelles reste déterminant, affirme le responsable de la structure paritaire Adéis.

Découvrez notre diaporama issu de l’interview de Henri Martinez à retrouver dans l’Argus du 13 février.

«Nous allons fêter notre 3e anniversaire et nous sommes au-delà de nos objectifs avec 67 branches en santé et/ou en prévoyance. Contrairement à toutes les attentes, depuis la fin des clauses de désignation en juin 2013, notre développement s’est poursuivi et nous avons remporté une dizaine d’appels d’offres à fin 2014.» – © LUC PERENOM

«C’est tout de même un grand tournant. Nous sommes passés d’une phase où l’organisme assureur avait du temps pour obtenir l’ensem­ble des adhésions et la sécurité de la mutualisation, à une page blanche qu’il faut écrire. Mais le rôle des branches professionnelles devrait rester important, compte tenu notamment de la portabilité des droits améliorée avec l’ANI du 11 janvier 2013.» – © LUC PERENOM

«Le décret sur le degré élevé de solidarité est très important. Il justifie la discussion des partenaires sociaux dans les branches, car au-delà des garanties santé ou prévoyance, ils vont avoir à négocier des éléments de solidarité propre à leur secteur professionnel. Cela rejoint la notion d’intérêt général lié à la couverture santé et demain à la prévoyance.» – © LUC PERENOM

«Les offres santé sont prises dans un effet tunnel : entre le panier de soins ANI et celui du contrat responsable, la marge de manœuvre n’est pas extraordinaire ! Outre les garanties, nous pensons qu’il faut travailler avec un actuaire conseil pour avoir le prix le plus juste. Avec les désignations, même s’il y avait une sous-tarification de 10 ou 15%, l’organisme assureur pouvait revenir au tarif d’équilibre.» – © LUC PERENOM

«Je pense que ne nous verrons pas forcément une augmentation du nombre de concurrents, mais un paysage un peu plus divers, avec aussi des cabinets de courtage qui essaient de se positionner sur les branches professionnelles.» – © LUC PERENOM


L’Argus de l’Assurance – Acteurs

Mutualité : le nouveau directeur de l’Assurance maladie déjà dans le bain

Mutualité-françaiseMutualité : le nouveau directeur de l'Assurance maladie déjà dans le bain

Il ne prendra ses fonctions que le 17 novembre prochain. Pourtant, Nicolas Revel est déjà plongé de plain-pied dans les dossiers qui l’attendent. La FNMF n’a pas manqué de lui rappeler les priorités à venir pour le secteur de la complémentaire santé.

Trois dossiers brulants chers à la Mutualité française attendent Nicolas Revel fraîchement nommé directeur général de l’Assurance maladie. Premier sujet, le conventionnement des médecins. Véritable serpent de mer dans le monde de l’assurance santé, les différentes réformes n’ont pas permis de juguler les dépassements d’honoraires.

Dans son rapport remis en septembre 2014, la Cour des comptes pointait du doigt ces dépassements et le manque d’efficacité des politique de conventionnement. “Les niveaux de dépassement ont significativement augmenté : le taux de dépassement moyen a doublé depuis 1990 et s’établit à 56 % en 2013. Les dépassements ont été jusqu’alors peu contrôlés, dans la mesure où ils ont été utilisés en réalité comme un élément modérateur de la revalorisation des tarifs opposables. Les outils conventionnels ont échoué à les endiguer” note la Cour. La FNMF appelle à rediscuter le mode de négociation avec les professionnels de santé.

Le deuxième point sur lequel la Mutualité interpelle Nicolas Revel concerne l’analyse des données de santé. La FNMF demande à ce qu’elles soient gérées par un organisme indépendant. Or la loi santé de Marisol Touraine “prévoit de confier la gouvernance et l’hébergement des données de santé à la CNAMTS” indique le FNMF dans un communiqué.

Enfin, la question du tiers-payant généralisé est également au cœur des chantiers que la fédération des mutuelles souhaitent mettre en avant. Le sujet cristallise les passions et divise. Les médecins sont contre. La Fnim et le CSCA n’y sont pas favorables. Quant à la FFSA, au CTIP et à la FNMF, ils sont prêts à s’investir dans sa mise en place, mais à condition d’être pleinement associés au projet. Ils ont d’ailleurs fait des propositions dans ce sens.


News Assurances Pro

Nomination : Emmanuel Morandini devient directeur délégué du groupe April

Emmanuel-Morandini-April-DGANomination : Emmanuel Morandini devient directeur délégué du groupe April

Emmanuel Morandini rejoint le groupe April en tant que directeur général délégué. Il aura notamment pour mission d’accélérer le développement du groupe sur de nouvelles offres, de nouveaux marchés ou encore de nouveaux partenariats.

Emmanuel Morandini, 52 ans, ingénieur Istom et titulaire d’un executive MBA, est passé par le groupe Ceric, puis la Hénin Vie devenue La Mondiale Partenaire en tant que directeur général adjoint. Depuis 2002, il officiait chez CNP Assurances où il a occupé des fonctions de PDG et de CEO dans différentes filiales en Argentine, en Espagne, en Italie et au Portugal.

Il rejoint donc le groupe April comme directeur général délégué. “Je suis convaincu que sa connaissance approfondie des enjeux de notre marché et la dimension internationale de son parcours donneront un nouvel élan au groupe April” a déclaré Bruno Rousset, PDG d’April.


News Assurances Pro

Portrait : Laurent Jacques, directeur délégué de Smacl Assurances


DARRI

Ce trentenaire nourri aux mathématiques ayant rapidement détecté sa fibre entrepreneuriale, est passé du nucléaire à l’assurance en faisant un détour par l’actuariat. Depuis, le directeur délégué de Smacl Assurances, qui estime avoir «une prédisposition au mutualisme sans le savoir», suit les traces de son trisaïeul.

Découvrez le portrait de Laurent Jacques, à retrouver dans l’Argus de l’assurance du 19 septembre.


L’Argus de l’Assurance – Acteurs

Portrait : Yvon Breton, directeur général délégué d’AG2R-La Mondiale


LAETITIA DUARTE

Le directeur général délégué d’AG2R-La Mondiale, passionné de sport et grand supporter du Tour de France, est à l’origine de l’engagement du groupe de protection sociale dans la voile et le cyclisme.

Découvrez le portrait de Yvon Breton, à retrouver dans l’Argus de l’assurance du 12 septembre.


L’Argus de l’Assurance – Acteurs